[Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Ven 20 Oct - 20:44:22

Bienvenue à vous pour cette... 6ième partie de TZ sur le thème du multivers, ou du voyage entre les dimensions, wouhou.



Le système de notation se fera par lettres, chaque lettre rapporte (ou pas) un nombre de points.

Système de points a écrit:A = 2.5
B = 2
C = 1.5
D = 1
E = 0.5
F = 0

Le strawpoll qui suit est réservé aux futurs joueurs, merci de ne pas voter si vous ne faites pas partie du jeu.


https://strawpoll.com/395ssa7g

Liste des candidats a écrit:
MJ : Neow
-
-
-
-
-
-
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Kurotsuki le Ven 20 Oct - 20:51:02

Liste des candidats a écrit:
MJ : Neow
- Kurotsuki
-
-
-
-
-
avatar
Kurotsuki

Messages : 818
Date d'inscription : 24/01/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part. Je suppose. Je sais plus.

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Blueberies le Ven 20 Oct - 20:52:55

Liste des candidats a écrit:
MJ : Neow
- Kurotsuki
- Blueberies
-
-
-
-
avatar
Blueberies

Messages : 712
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 17
Localisation : Derrière toi

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tho le Ven 20 Oct - 20:55:43

Liste des candidats a écrit:
MJ : Neow
- Kurotsuki
- Blueberies
- Tho
-
-
-
avatar
Tho
Modérateur

Messages : 874
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 23

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tit' le Ven 20 Oct - 21:29:51

Liste des candidats a écrit:
MJ : Neow
- Kurotsuki
- Blueberies
- Tho
- Tit'
-
-
avatar
Tit'

Messages : 157
Date d'inscription : 15/10/2017
Age : 19
Localisation : Je vous en pose des questions moi ?!

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Ryn le Mar 24 Oct - 10:53:37

Listes des ploucs inscrits a écrit:MJ : Neow
- Kurotsuki
- Blueberies
- Tho
- Tit'
- Ryn
- Mapow

hop hop le jeu est complet. :3
avatar
Ryn

Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 16
Localisation : Vallée des dragons

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur https://www.deviantart.com/aleitr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Mar 24 Oct - 11:53:57

Nous avons donc nos six joueurs. Je vais maintenant procéder à la distribution des objets.

Kurotsuki:

-Un ours en peluche
-une savonette
-une épée sans lame
-un coupe ongle
-un plat à tarte
-un ballon de foot
-un feutre noir
-un collier de perles

Blue:

-des rollers sans roues
-une barquette de myrtilles
-une encyclopédie
-une boussole
-un peigne à cheveux
-un pack de lessive
-un sac de billes
-une ancre

Tho:

-une raquette de tennis trouée
-une guitare
-une plante verte (dans son pot)
-du vernis à ongle
-un cartable
-un épluche légumes
-une quille
-une canne de marche

Tit':

-des gants de boxe décousus
-une corde
-des ciseaux
-une photo dédicacée de Jésus
-l'album original des Jackson Five
-une cloche
-un cerf-volant
-une éprouvette

Lei:

-Un pistolet sans chargeur
-une trotinette
-une friteuse
-des boules de pétanque
-des cotons tiges
-des jumelles
-une bicyclette
-des lunettes de piscine

Mapow:

-un arc sans corde
-un exemplaire de Jumandji
-une loupe
-une statuette de Bouddah
-un appareil photo
-un sac de pommes
-trois dés de six
-une canne à pêche

Vous avez jusqu'à vendredi 21h pour échanger des objets. Je rappelle que les deux partis doivent confirmer sur le topic qu'ils souhaitent effectuer l'échange.
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tho le Ven 27 Oct - 15:45:14

Je fais quelques propositions d'échanges directement ici, n'hésitez pas à confirmer directement !

Mapow, j'aimerais beaucoup les trois dés de 6. Je veux bien te les échanger contre une quille.

Blueberies, ton peigne à cheveux m'intéresse ! Je te l'échange volontiers contre un épluche légume ou contre un vernis à ongles, comme tu le veux.

Et ce serait déjà pas mal, mais je reste ouvert !
avatar
Tho
Modérateur

Messages : 874
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 23

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Blueberies le Ven 27 Oct - 18:42:26

Je t'échange mon peigne à cheveux contre ton vernis à ongles Wink
avatar
Blueberies

Messages : 712
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 17
Localisation : Derrière toi

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Mapow le Ven 27 Oct - 19:03:04

J'accepte ton échange Tho. o/
avatar
Mapow

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Sam 28 Oct - 14:48:57

Le silence pesait dans la petite salle de réunion. Neowstix dévisageait l'un après l'autre les six qui avaient répondu à son appel. Blueberries qui est plus shipée que Junne ne donne de surnom. Tho aux dés et au collier maudit. Kurotsuki qui rendait ses livres de maths collants. Tit' le terroriste sortit de prison. Et enfin Mapow et Leï les jumelles inséparables qui dessinent des Pichu. Neow se pencha vers son majordome et lui souffla à l'oreille.

« C'est tout ce que vous avez pu réunir ? Je m'attendais à un peu plus que six. Pourquoi les autres ne sont-ils pas venus ?

-Les autres ont filtré nos appels, monsieur. Ils ont indiqué que vous étiez un sombre con, et ont ajouté que par ce fait, vous pouviez aller vous faire...

-Ça va, j'ai compris. » Neow agita sa main avec impatience. Puis, il se tourna vers l'assemblée et se racla la gorge. « Merci à vous tous d'être venus. Je suis venu pour vous faire part d'un danger qui nous menace tous. 

-Hm. Le seul danger que je vois ici est ce terroriste. Pourquoi est-il hors de sa cellule ? Blue savait de quoi elle parlait pour avoir échappé de peu à une attaque à la bombe.

-Du calme, du calme. On va avoir besoin de toute l'aide possible. Je vais être honnête avec vous, on est dans la merde. Dans la merde jusqu'au cou. Un sombre sorcier du nom de Maltazar projette de détruire l'univers. Enfin.... Je devrais dire les univers. »

Je laisse un blanc dramatique. Les autres en face se fixent, le regard vide.

«Hum. En fait, notre univers n'est qu'une dimension parmi tant d'autres. Le plan de Maltazar est de fusionner tous les univers pour produire une géante explosion afin de faire surgir un seul et même univers. Non mais, chut, taisez vous, c'est magique. » Précisa le MJ devant les mains déjà levées de Kuro et de Tho, scientifiques dans l'âme qu'ils étaient. Il fallait bien faire une histoire. « Je compte donc vous envoyer tous dans des dimensions différentes avec ceci -des ciseaux inter-dimensionels, ils peuvent découper l'espace pour créer des portails entre les dimensions. Trouvez Maltazar et réglez lui son compte avant qu'il ne commette l'irréparable.

-On commence quand ?

-Tout de suite. » Ayant dit ces mots, Neow appuya sur un bouton sur son bureau. Immédiatement, le sol se déroba sous les siège, faisant tomber leurs occupants dans le vide. Chacun des six aventuriers fut alors happé dans un tourbillon de lumière. L'instant d'après, il ne resta plus rien d'eux.

« ...Bonne chance, vous en aurez besoin. »

Kurostuki:
Kurotsuki chutait. Il criait alors qu'il se rapprochait dangereusement du sol. Il mit ses bras devant son visage pour le protéger. Il fut alors secoué et sentit l'impact, mais il fut plus doux qu'il ne l'eut cru. En rouvrant les yeux, il vit qu'il était entouré de coton. Il se trouvait en fait dans une plante géante avec un pollen blanc qui avait formé un matelas et amortit sa chute. Il soupira. Après avoir repris son souffle, il descendit jusqu'à la tige de la plante et se laissa glisser comme une rampe de pompier jusqu'au sol. Il se dépoussiéra en observant dans quel genre d'endroit il avait atterri. Des plantes de toutes les formes et couleurs à perte de vue. Des grognements l'alertèrent. Il vit avec effroi des plantes carnivores ramper jusqu'à lui, leurs dents acérées bien visibles. Il devait trouver un moyen pour ne pas leur servir de déjeuner ! 1 objet

Blue:
Blue ne voyait rien. Elle était complètement dans le noir. Quel était cet univers où régnait l'obscurité ? Elle chercha à tâtons une prise, un mur, une base solide qui lui servirait à se stabiliser puis à tenter de se diriger. Mais il n'y avait rien d'autre que l'obscurité, l'obscurité et le vide. Elle progressa à l'aveugle, tremblant un peu de peur. Et si elle ne retrouvait jamais la sortie ? Elle vit alors une faible lumière, presque fantomatique. En s'approchant, elle vit qu'il s'agissait de champignons lumineux qui diffusait une lumière bleue-verte phosphorescente. Elle put alors voir des rochers et plus elle s'enfonçait dans l'inconnu, plus il y avait de champignons. Elle vit enfin des contours à cet univers : il s'agissait d'une sorte d'immense bâtiments en pierre. Alors qu'elle contemplait l'architecture, elle entendit un bruit derrière elle, comme si quelque chose glissait. Elle se retourna et vit des sortes de farfadets s'approcher d'elle. Elle comprit bien vite qu'ils n'avaient pas d'intentions pacifiques lorsqu'elle vit qu'ils étaient tous armés. Elle devait s'extirper de ce guet-apens ! 2 objets

Tho:
Tho dérivait. Il était dans une sorte de grotte rendue verte par la mousse qui poussait en abondance sur ses murs. Il flottait dans une sorte de petit bassin qui entourait un îlot central. Sur le dit îlot, il vit alors trois femmes, plus magnifiques les unes que les autres. Elles le sortirent de l'eau et lui proposèrent à manger en le priant de leur raconter son histoire, elles ne voyaient pas beaucoup de voyageurs par ici. Tho leur raconta alors qu'elle quête il poursuivait en mangeant les fruits qu'elles lui offrirent. Puis à son tour, il leur demanda qui elles étaient et pourquoi vivaient-elles seules dans cette grotte. Celle qui était entre les deux autres répondit simplement que le voyageurs ne restaient jamais longtemps par ici, avant de lui sourire d'une manière énigmatique. Elles se mirent à rire. Et alors qu'elles riaient, elles changèrent. Leur peau devint écailleuse, leurs dents devinrent des crocs. Tho recula alors que devant lui se tenait maintenant des créatures à queue de serpent marin et des bustes de femmes à peine humaines. Tho devait échapper à ces créatures ! 1 objet

Tit':
Tit était... Perdu, vraiment. Il avait émergé dans un mode robotique, littéralement. Il n'y avait que des machines ici. Une ville d'acier, grise, monotone avec des boulons alignés symétriquement. Et partout dans les rues, roulant sur les routes des robots. Et bien évidemment, il n'avait pas tardé à attirer l'intention. Une sirène avait hurlé, des gyrophares rouges avait projeté leur lumière sur les murs jusque là gris. Un robot géant à la Wall-E sortit par une ouverture dans un mur avant de se diriger vers Tit'. « Bzzzt Bzzzt Intrus ! Intrus ! » Tit' ne bougea pas, osant à peine respirer. Pourquoi ne lui avait-on pas rendu ses bombes ? Il en aurait fait de la chair à canon ! Mais à la place de ça, il faudrait rusé. « Bzzt Bzzt. Pas intrus. Nouveau modèle androïde, tout droit sorti de l'usine, Bzzt. » Le robot arrêta d'émettre des Bzzt. Putain. Ça avait marché ? « Bzzt. Si vous êtes un robot, prouvez le. » Merde. Tit allait devoir se sortir de ce guêpiers. 2 objets

Mapow:
La musique. C'était la musique que Mapow entendait. C'était quoi comme musique ? Elle était dans une sorte de ville en bord de plage, comme Cannes. Mais à Cannes, elle doutait que les gens se baladaient en moule bites avec le corps peint en une seule couleur. Attendez... C'était quoi cette dimension encore ? Les gens portaient effectivement des moules bites et avaient le corps peint en une seule couleur ! Elle était tombée où encore ? Ils se contentaient de danser en rythme sur la musique. Elle alla alors en direction d'une femme avec l'intention de lui demander où elle était tomber. L'autochtone sembla paniquée en la voyant.
« Pourquoi êtes vous habillée comme ça ? Le maître ne sera pas content...
-Le maître ? C'est qui ça ?
-C'est celui qui dirige cette dimension... Il nous tyrannise... Il nous force à danser sur sa musique toute la journée avec ces vêtements ridicules... Il... Il est là !

Mapow se retourna. Holy shit. Devant elle se tenait Elton John dans toute sa splendeur des années 80. L'indigène prit la fuite, laissant Mapow seule.

« Haha ! Je vois qu'on a affaire à une forte tête qui refuse de suivre les règles. Je vais devoir te relooker intégralement ! »

Mapow n'allait pas se laisser faire, elle allait montrer à Elton John de quel bois elle se chauffait ! 1 objet

Lei:
Où était Lei ? Hum... Quelque part dans l'univers. Ce n'était pas une blague. Elle était à la dérive dans l'espace. Comment elle pouvait respirer et ne pas mourir du froid ? Ça devait être magique, probablement. Bon, elle serait coincée ici pour un petit moment... Autant penser à des trucs utiles, comme... Ce qu'elle allait manger une fois qu'elle serait rentrée. Oui, c'était un bon plan. Ou à comment ils allaient pouvoir vaincre Maltazar, c'était aussi en option. Mais là pour le coup... Lei était un peu hors compétition... Elle entendit alors un bruit de moteur. Elle se retourna et vit alors un homme saumon, comme dans Bob l'éponge, au volant d'un scooter de mer. Un scooter de mer qui permettait de voyager dans l'espace conduit par un homme saumon. Pourquoi pas, après tout. Le saumon la vit et s'arrêta à son niveau. « Vous permettez que je fasse un selfie ? Ce sera trop délirololesque pour mon mur facebook. » Nah mais il voulait même pas l'aider, ce connard. Lei devait prendre ce scooter, par tous les moyens possibles.  2 objets

Vous avez jusqu'au Samedi 4 novembre à 21h.
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Sam 4 Nov - 21:51:57

Kurotsuki:

Kurotsuki chutait. Il criait alors qu'il se rapprochait dangereusement du sol. Il mit ses bras devant son visage pour le protéger. Il fut alors secoué et sentit l'impact, mais il fut plus doux qu'il ne l'eut cru. En rouvrant les yeux, il vit qu'il était entouré de coton. Il se trouvait en fait dans une plante géante avec un pollen blanc qui avait formé un matelas et amortit sa chute. Il soupira. Après avoir repris son souffle, il descendit jusqu'à la tige de la plante et se laissa glisser comme une rampe de pompier jusqu'au sol. Il se dépoussiéra en observant dans quel genre d'endroit il avait atterri. Des plantes de toutes les formes et couleurs à perte de vue. Des grognements l'alertèrent. Il vit avec effroi des plantes carnivores ramper jusqu'à lui, leurs dents acérées bien visibles. Il devait trouver un moyen pour ne pas leur servir de déjeuner ! 1 objet


   Objection, votre Honneur !
   D’après le titre du spoiler, cette situation s’adresse au dénommé Kurostuki. Mon propre nom étant Kurotsuki, avec le t avant le s, je ne saurais être contraint à devoir me sortir de ce guêpier avec des objets inutiles, alors que la colère du MJ était manifestement dirigée vers cet autre personnage, au pseudo fort ressemblant je vous l’accorde, et que je salue par ailleurs même s’il n’a pas encore eu la politesse de rédiger sa présentation sur le forum.

   Pardon ? Que je ferme ma gueule et que je commence quand même à traiter le sujet ? Bon, comme vous voudrez, votre Honneur...

   Des plantes carnivores rampaient donc vers moi.

   … Je sais que je ne devrais pas commencer à pinailler dès la première manche. Mais tout de même, est-ce qu’on pourrait s’attarder sur le concept de "plantes rampantes", je vous prie ? Merci bien. La reptation… J’aime bien le mot "reptation". C’est le genre de mot impossible à deviner. Si vous voulez faire chier quelqu’un, demandez-lui quel mot désigne l’action de ramper. S’il ne connaît pas déjà, il ne pourra jamais trouver tout seul. Le rampage ? Le rampement ? La rampitude ? Rien de tout cela, mon bon Monsieur. La reptation. Oui oui. Et s’il connaît… demandez-lui de prouver la conjecture de Syracuse, il y a de quoi l’occuper un bon moment.

   Je m’égare. Hum.

   La reptation, disais-je, désigne une manière de se déplacer face ventrale contre sol. C’est le petit Robert illustré édition 2015 qui le dit. Et il prend soin de préciser, même si l’emploi des mots « face ventrale » aurait pu nous le faire deviner, qu’il s’agit d’un mode de déplacement animal. Animal.
   Il existe également une autre définition. On peut dire d’une plante qu’elle rampe lorsque se développe en restant accrochée à une surface, sans s’en éloigner. Comme du lierre, par exemple.

   De deux choses l’une, donc.

   Première possibilité : ce cher MJ n’est pas capable d’effectuer la distinction entre plantes et animaux. Qu’il est bête, ce MJ !
   Deuxième possibilité : ce cher MJ a un bon vocabulaire et connaît parfaitement le deuxième sens de la reptation, et est parfaitement conscient qu’il s’agit là d’une signification bien plus… statique. Qu’il est intelligent, ce MJ !

   Ce même MJ possède le pouvoir de me placer dans des situations immondes pour les quatre manches à venir. … Je pense que je vais éviter de le froisser, et partir plutôt sur la deuxième possibilité.

   Donc, pour résumer : des plantes carnivores se développant au sol se trouvent pousser près de moi. La scène est déjà moins impressionnante lorsqu’elles ne se déplacent plus. Mais tant mieux pour moi : si j’arrive à passer outre leur vigilance, elles ne me suivront pas ensuite !

   Waaah, en 450 mots environ, cette situation n’a toujours pas évolué. Et ce n’est que la première manche ! Et si tu te bougeais le cul, Kuro ? En voilà une bonne idée !

   J’ouvris mon sac en vitesse, cherchant un objet pouvant m’aider. Quelque chose qui pourrait occuper les plantes le temps que je passe entre elles. Ah ! Voilà qui serait parfait. Tirant de ma besace un collier, je le cassai pour en pouvoir retirer les perles. J’avais à présent une quantité de munitions plus qu’appréciable. Je jetai ces projectiles de grande valeur dans le gosier de chaque plante carnivore se présentant à ma vue. Une plante, une perle. Une plante, une perle. Quelle précision dans les tirs ! Décidément, je m’épatais tous les jours. Lorsque toutes les plantes eurent reçu leur content de perles, j’entamai ma marche hors de ce lieu hostile, sans plus me soucier de la présence de ces végétaux tueurs. S’il leur fallait plusieurs heures pour digérer ne serait-ce qu’un insecte, ces perles dans leur gosier allaient au moins les occuper le temps que je quitte la zone.

Blue:

Blue ne voyait rien. Elle était complètement dans le noir. Quel était cet univers où régnait l'obscurité ? Elle chercha à tâtons une prise, un mur, une base solide qui lui servirait à se stabiliser puis à tenter de se diriger. Mais il n'y avait rien d'autre que l'obscurité, l'obscurité et le vide. Elle progressa à l'aveugle, tremblant un peu de peur. Et si elle ne retrouvait jamais la sortie ? Elle vit alors une faible lumière, presque fantomatique. En s'approchant, elle vit qu'il s'agissait de champignons lumineux qui diffusait une lumière bleue-verte phosphorescente. Elle put alors voir des rochers et plus elle s'enfonçait dans l'inconnu, plus il y avait de champignons. Elle vit enfin des contours à cet univers : il s'agissait d'une sorte d'immense bâtiments en pierre. Alors qu'elle contemplait l'architecture, elle entendit un bruit derrière elle, comme si quelque chose glissait. Elle se retourna et vit des sortes de farfadets s'approcher d'elle. Elle comprit bien vite qu'ils n'avaient pas d'intentions pacifiques lorsqu'elle vit qu'ils étaient tous armés. Elle devait s'extirper de ce guet-apens ! 2 objets
“Bon-bonjour messieurs les… F-far…” Bafouillais-je.
Je n’eus pas le temps de finir ma phrase que les farfadets me pointèrent leurs lances dessus. J’avais peur, très peur. Je pris une grande inspiration et essayai de sortir quelque mot de ma bouche, mais un simple petit cri en sortit. Parler ne servait à rien et je le savais bien.
Alors il ne me restait plus qu’une chose à faire : fuir. Je pris mes jambes à mon cou et courus aussi vite que je pus. Après tout j’avais l’habitude de fuir les situations délicates.

Plus j’avançais dans la ville souterraine et plus tout devenait grand, magnifique. C’était un univers en pierre grise, simplement éclairé de la lumière bleuâtre des champignons. Cela donnait une impression d'irréel. J’avais presque l’impression de me trouver dans un rêve, ou dans la grotte d’un certain jeu vidéo où il faut appuyer sur les champignons pour révéler le chemin, mais les farfadets qui me suivait avaient l’air beaucoup trop réelles. Les sensations aussi étaient bien trop réels : toutes les maisons étaient uniques avec beaucoup trop de détails, les odeurs de nourriture me donnaient faim, et je pouvais entendre les discussions des habitants des maisons.

Je fut assez vite épuisé, mais j’avais réussi à semer l’armée de farfadet au détour d’une ruelle. Je devais vite sortir de cette ville, car mon objectif n'était pas de jouer à cache-cache avec des farfadets, mais de trouver un dénommé… Heu … Malt-te-sers ? Maltesers ? C’est de la bouffe, pas un nom de méchant !  Bref, peu importe son nom, je devais le retrouver. Ou fuir. Mais j’en avais marre de fuir.

Avant de partir, tout le monde avait reçu un sac de la part du MJ. “cela pourra vous être utile” nous avait-il dit. Je pris donc mon sac pour voir les objets qui se trouvait à l’intérieur. Des rollers sans roues, une boussole, un pack de lessive, une ancre, une barquette de myrtille… J’avais faim après ça. Mais ça n’était pas l’heure de manger.
Je croyais que ces objets devaient nous être utiles. Je continuai de fouiller dans mon sac quand je vis un livre mystérieux. Il était bordeaux avec une main à six doigts dorée sur le devant. Au milieu de cette main était inscrit le numéro deux en noir. Je l’ouvris pour voir son contenu. Ce livre indiquait tout ce qu’il y avait à savoir sur toutes sortes de créatures. Je vis un page sur les fantôme, une sur les zombies, une autre sur les vampires. C’était une encyclopédie des créatures légendaires !

Je cherchai la page des farfadets. Et si elle était dans le numéro un ? Je tournais les pages, recherchant celle qui me fallait. BINGO ! J’avais fini par la trouver.

“Les farfadets :
Le farfadet est une créature espiègle, originaire du folklore français. Même si les farfadets vivent généralement loin des habitations humaines, certains peuvent vivre dans les fermes et aider les humains.
Il ne faut jamais froisser un farfadets.

Point faible : la lessive.”

La lessive ? Les farfadets avaient peur de la lessive ? Cela me semblait étrange, mais autant essayer. Au pire je me faisais tuer, non ? Finalement, je n’avais pas très envie de me faire tuer. Mais si je ne faisais rien, cela revenait au même. Alors je pris la lessive qui se trouvait dans mon sac, et sortis de ma cachette. Je brandis mon pack de lessive et bafouilla “Att-ttt-tention, je suis armée !”.Je n’avais pas l’air très convaincante, mais je ne pouvais faire mieux.
C’est alors que l’armée de farfadets qui fonçait vers moi s’arrêta net. Ils tremblaient tous de peur devant moi. Je fis des grands mouvements pour faire style je savais me battre avec de la lessive. Ils avaient encore plus peur ! C’est bien la première fois qu’une armée tremblait devant moi.
En faisant un mouvement brusque vers l'arrière, je réussis à assommer un farfadet qui voulait me prendre par surprise. L’armée fit alors demi-tour en courant. Cela s’est mieux passé que prévu. Je pouvais maintenant me balader librement dans la ville, mon pack de lessive à la main.

Tho:

Tho dérivait. Il était dans une sorte de grotte rendue verte par la mousse qui poussait en abondance sur ses murs. Il flottait dans une sorte de petit bassin qui entourait un îlot central. Sur le dit îlot, il vit alors trois femmes, plus magnifiques les unes que les autres. Elles le sortirent de l'eau et lui proposèrent à manger en le priant de leur raconter son histoire, elles ne voyaient pas beaucoup de voyageurs par ici. Tho leur raconta alors qu'elle quête il poursuivait en mangeant les fruits qu'elles lui offrirent. Puis à son tour, il leur demanda qui elles étaient et pourquoi vivaient-elles seules dans cette grotte. Celle qui était entre les deux autres répondit simplement que le voyageurs ne restaient jamais longtemps par ici, avant de lui sourire d'une manière énigmatique. Elles se mirent à rire. Et alors qu'elles riaient, elles changèrent. Leur peau devint écailleuse, leurs dents devinrent des crocs. Tho recula alors que devant lui se tenait maintenant des créatures à queue de serpent marin et des bustes de femmes à peine humaines. Tho devait échapper à ces créatures ! 1 objet
Zut. Trois magnifiques jeunes femmes aussi belles que des déesses, quelle occasion manquée ! Et plus les secondes défilent, plus ces femmes se transforment en souvenirs, remplacées par des créatures horribles aux corps écailleux. Leurs griffes s’allongent, leurs sourires s’élargissent, et leurs jambes… se transforment en queue de poisson. Les trois sirènes s’écroulent au sol, leur transformation ne leur permettant pas de nager sur la terre ferme !

Un grand silence plombe le petit îlot perdu dans la caverne. Il n’y a guère que quelques gouttes d’eau qui troublent le silence, ainsi que les grognements des pauvres sirènes allongées sur le sable. Elles essaient de gigoter pour se diriger tant bien que mal vers moi. L’une d’entre elles parvient péniblement à rouler dans ma direction, mais je suis beaucoup trop loin encore pour risquer quoi que ce soit.

Je suis toujours un peu abasourdi. La situation est plutôt amusante, mais je suis aussi coincé qu’elles d’une certaine façon !

- Eh bien… Il semblerait que nous soyons tous les quatre coincés ici. Vous ne voulez pas qu’on s’entraide pour se sortir de là ?

Deux grognements plus forts que les précédents pour seule réponse. Seule la sirène qui essaye toujours de se déplacer me regarde sans rien dire. Je m’approche et m'assois à côté d’elle.

- Je ne suis pas méchant ni rancunier… J’ai juste besoin de poursuivre mon chemin à travers cette caverne, et toi, tu as besoin de rejoindre le lac. J’imagine que l’on peut s’arranger non ? Je te porte jusqu’au rivage et en échange, tu me portes jusqu’à la sortie de cette caverne.

Cette fois-ci, les deux sirènes en retrait émirent de puissants cri stridents à l’attention de leur amie. Clairement, je n’étais plus le bienvenu ici ! Pourtant, la troisième était plus réservée, partagée entre le désir de retrouver le lac et rester avec ses amies. Finalement, la belle tourna son regard émbué de larmes vers moi.

Parfait ! Je lui répond avec un sourire et la prend dans mes bras, en dépit des protestations sonores de ses deux copines. Un peu timide, elle finit par poser ses bras autour de mon cou.

Nous entrons dans le lac ensemble, et rapidement, la belle prend le relais. Elle me prend dans ses bras, et avec sa nageoire puissante, nous propulse au loin dans la caverne.

Waouh ! Je n’aurais pas tout perdu visiblement ! Quel plaisir de dériver dans les bras d’une belle sirène, nos corps caressés par l’écume des vagues, mon coeur battant contre le sien, son sourire qui répond au mien ! Aah…

Malheureusement, je sais très bien que l’instinct animal reprendra bientôt le dessus. Maintenant que nous sommes assez loin, je dois me débarrasser d’elle au plus vite. Dans le cas contraire, elle m’emportera avec elle au fond du lac pour m’y noyer !

Mais je n’ai pas envie pour autant de la tuer. J’agrippe donc mon cartable d’écolier. Ces sacs sont réputés pour leur poids monstrueux, faisant fléchir le dos de n’importe quel étudiant. Moi même j’ai été contraint de porter ce sac de nombreuses années, et si j’arrive à le porter sans problème aujourd’hui, c’est grâce à cet entraînement de tous les jours.

Et la belle sirène n’a pas cette habitude. A l’instant où je lui passe le cartable sur son dos, elle coule presque instantanément ! Son sourire se transforme en expression de stupeur, elle me lâche pour espérer se débattre, et parvient même à me griffer avant de sombrer définitivement au fond du lac.

Je ne me fais pas de souci pour elle. La belle saura s’en sortir une fois au fond du lac, et puis, je paye ma traîtrise par une longue balafre au bras. Mais peu importe, Maltazar cherche à détruire les mondes, et ce ne sont pas des sirènes, aussi belles soient-elles, qui m’arrêteront !

Tit':

Tit était... Perdu, vraiment. Il avait émergé dans un mode robotique, littéralement. Il n'y avait que des machines ici. Une ville d'acier, grise, monotone avec des boulons alignés symétriquement. Et partout dans les rues, roulant sur les routes des robots. Et bien évidemment, il n'avait pas tardé à attirer l'intention. Une sirène avait hurlé, des gyrophares rouges avait projeté leur lumière sur les murs jusque là gris. Un robot géant à la Wall-E sortit par une ouverture dans un mur avant de se diriger vers Tit'. « Bzzzt Bzzzt Intrus ! Intrus ! » Tit' ne bougea pas, osant à peine respirer. Pourquoi ne lui avait-on pas rendu ses bombes ? Il en aurait fait de la chair à canon ! Mais à la place de ça, il faudrait rusé. « Bzzt Bzzt. Pas intrus. Nouveau modèle androïde, tout droit sorti de l'usine, Bzzt. » Le robot arrêta d'émettre des Bzzt. Putain. Ça avait marché ? « Bzzt. Si vous êtes un robot, prouvez le. » Merde. Tit allait devoir se sortir de ce guêpiers. 2 objets
Tit' devait trouver une solution et vite, où il allait passer un sale quart d'heure ! Il réfléchissait à toute allure.

"Qu'est-ce que j'ai dans mon sac... Tiens... l'album original des Jackson Five ? Mais pourquoi j'ai ça dans mon sac d'abord ? Et qu'est-ce je vais bien pourvoir en..."

Et là Tit' eu une idée.

"Bzzzt. Je suis un robot de divertissement capable de lire des disquettes contenant des données musicales." dit-il au robot.

Tit' prit l'album et le posa sur sa main gauche, puis posa son index et son majeur droits sur le bord du disque afin d'imiter le fonctionnement d'un lecteur vinyle.

"Bzzzt. Lecture des données musicales en cours..." dit-il d'un ton robotique.

S'en suivit ensuite un bref silence. Puis :

"Dum dam ! Dadadadadam dum ! Dam ! Dadam !

When I had you to myself, I didn't want you around
Those pretty faces always make you stand out in a crowd
But someone picked you from the bunch, one glance is all it took
Now it's much too late for me to take a second look

Oh baby, give me one more chance (...) " chanta-il.

Et c'est ainsi que Tit' se mit à imiter les Jackson Five en chantant "I want you back". Durant son séjour en prison, il l'avait tellement écouté qu'il connaissait les paroles de cette chanson à la perfection.
Pendant l'espace d'un instant, Tit' oublia le merder dans lequel il s'était foutu pour s'amuser en chantant cette musique qu'il aimait tant.

Une fois la chanson terminée, Tit' reprit ses esprits.

"Faut vraiment que j'arrête avec mes idées à la con ..." pensa Tit' après sa démonstration.

Et des idées à la con, Tit' allait en avoir encore besoin. Le robot semblait en effet plus intrigué que convaincu.

"Putain mais il m'emmerde ce bot ! Quand est-ce qu'il va me foutre la paix sérieux ?! Ma démonstration était trop bien en plus..." pensa Tit' , qui semblait bien déçu que le robot n'aie pas aimé sa chanson.

Il ne s'avouait pas vaincu pour autant et avait plus d'un tour dans son sac.

"Bzzzt. Je suis également équipé d'un module d'impression picturale couleur et Haute définition. Démonstration en cours..." dit-il d'un ton mécanique.

Puis Tit' se mit à faire ce qui semblait être une imitation d'imprimante.

"Pfutpfutpfutpfut pfut pfut... Pveeeeeeeet !" cria t-il.

Pendant que Tit' faisait son imitation douteuse, il sortit lentement de de sa poche une photo dédicacée de Jésus. A peine avait-il terminé sa démonstration que le robot lui prit la photo de sa main et l'examina.

"Oh non ! Il va pas recommencer l'autre con là ?!" se dit Tit' en voyant le robot dubitatif.

Néanmoins, après examination, le robot délibéra :

"Bzzzzt. Vous pouvez passer. désolé pour le dérangement !"

Tit' avait eu sacrément chaud. Il s'empressa de décamper et se mit alors à chercher plus d'informations à propos de ce Maltazar.

Mapow:

   La musique. C'était la musique que Mapow entendait. C'était quoi comme musique ? Elle était dans une sorte de ville en bord de plage, comme Cannes. Mais à Cannes, elle doutait que les gens se baladaient en moule bites avec le corps peint en une seule couleur. Attendez... C'était quoi cette dimension encore ? Les gens portaient effectivement des moules bites et avaient le corps peint en une seule couleur ! Elle était tombée où encore ? Ils se contentaient de danser en rythme sur la musique. Elle alla alors en direction d'une femme avec l'intention de lui demander où elle était tomber. L'autochtone sembla paniquée en la voyant.
   « Pourquoi êtes vous habillée comme ça ? Le maître ne sera pas content...
   -Le maître ? C'est qui ça ?
   -C'est celui qui dirige cette dimension... Il nous tyrannise... Il nous force à danser sur sa musique toute la journée avec ces vêtements ridicules... Il... Il est là !

   Mapow se retourna. Holy shit. Devant elle se tenait Elton John dans toute sa splendeur des années 80. L'indigène prit la fuite, laissant Mapow seule.

   « Haha ! Je vois qu'on a affaire à une forte tête qui refuse de suivre les règles. Je vais devoir te relooker intégralement ! »

   Mapow n'allait pas se laisser faire, elle allait montrer à Elton John de quel bois elle se chauffait ! 1 objet
Elton John? Même pas peur, après tout ce n’est rien d’autre qu’un chanteur des années 80. Deux solutions s’offrent à moi, le ramener à la raison ou bien le combattre. Je n’avais pas grand chose sur moi pour pouvoir le raisonner, mais je souhaitai le convaincre de tout mon possible.

- Alors comme ça, c’est vous le maître de ce.. cette dimension? Pourquoi voulez vous de vulgaire pantins ? Ne préférez-vous pas..
- Silence ! Je te relookerais quoi qu’il advienne.”
Il avait l’air déterminé et son sourire me faisait froid dans le dos.
- Vous êtes une star non? Cheeese.

A ce moment précis je sortie mon appareil photo polaroid et tenta de le prendre en photo. Alors ce dernier me regarda, avant de fixer l’appareil photo. Il avait l’air plus à l’écoute de moi.

- Pourquoi faites vous ça ?
- Je.. Aaaaaaaaaaah, non pas de photo. Je refuse, je ne veux pas retourner dans ce monde où toute la vie de tout le monde est partout à cause de ses fichus photos. Je ne veux plus que des gens soit enfermé, non je refuse.
- Que.. Expliquez-moi?
- Ne réappuyez pas, c’est tout ce que je vous demande, sinon vous ne pourrez plus rien faire pour se pauvre monde que j’ai préservé d’une mort terrible.

Qu’importe ce qu’il pouvait me dire, je décida de prendre une magnifique photo de lui. Mais c’est alors qu’il fut aspiré par l’appareil photo tandis que la photo s'imprimait, j’essayais de comprendre ce qu’il se passait. C’est alors que je le vis apparaître, énervé tapant contre la paroi de la photo. C’était lui, emprisonné, dans la photographie. Etait-ce donc ça la menace qu’il me parlait auparavant ? Je ne pouvais l’entendre mais je le voyais avoir peur. Mais qu’importe, vu que je m’étais débarrassée de la menace. J’aurais aimé en apprendre plus sur lui, mais la situation m’en empêchait. J’attends donc patiemment de voir ce qui va pouvoir se passer par la suite, en regardant le ciel, comme signe de ma première victoire.

Lei:

Où était Lei ? Hum... Quelque part dans l'univers. Ce n'était pas une blague. Elle était à la dérive dans l'espace. Comment elle pouvait respirer et ne pas mourir du froid ? Ça devait être magique, probablement. Bon, elle serait coincée ici pour un petit moment... Autant penser à des trucs utiles, comme... Ce qu'elle allait manger une fois qu'elle serait rentrée. Oui, c'était un bon plan. Ou à comment ils allaient pouvoir vaincre Maltazar, c'était aussi en option. Mais là pour le coup... Lei était un peu hors compétition... Elle entendit alors un bruit de moteur. Elle se retourna et vit alors un homme saumon, comme dans Bob l'éponge, au volant d'un scooter de mer. Un scooter de mer qui permettait de voyager dans l'espace conduit par un homme saumon. Pourquoi pas, après tout. Le saumon la vit et s'arrêta à son niveau. « Vous permettez que je fasse un selfie ? Ce sera trop délirololesque pour mon mur facebook. » Nah mais il voulait même pas l'aider, ce connard. Lei devait prendre ce scooter, par tous les moyens possibles.  2 objets
Mince alors, je pensais pas me retrouver dans un endroit aussi vide que mon cerveau dès le début. Ahem, niveau vide, c’est vrai que c’est pas mal comme lieu, mais c’est malaisant trop de vide justement, on a envie de remplir un peu.
Enfin, au moins il y a un peu d’action. Par contre le coup de l’homme-poisson, on me l’avait jamais fait, je savais pas que les poissons de l’espace avaient facebook, moi-même j’ai compris comment ça marchait il y a peu de temps, incroyable ! Cela dit, ce scooter était une aubaine pour moi, si je ne voulais pas me retrouver perdue dans l’espace pendant toute l’aventure pendant que les autres se font des combats dignes de Smash Bros… Y a pas un niveau dans l’espace d’ailleurs ? Enfin, c’est pas le sujet, je m’égare vraiment beaucoup trop.

Ses yeux me fixaient avec insistance. Je n’aimais pas trop les selfies, mais peut-être qu’il accepterait de faire du covoiturage avec moi en échange d’une petite photo, j’acceptais donc sa demande.
Mais mes traits se raidissèrent immédiatement au moment où il plaça son doigt sur le filtre chien…

“NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON” criais-je comme si j’étais Luke Skywalker.

“Ahem, excusez-moi, vous savez, la nouvelle tendance c’est le filtre “naturel” sur facebook, enfin chez moi. Ca fait très exotique en fait.”

Il accepta, légèrement intrigué. De toute façon on ferait croire n’importe quoi à quelqu’un qui utilise encore le filtre chien. Il rangea son téléphone au bout du trentième selfie consécutif, pour choisir finalement le moins pire.

“A propos, ça vous dérangerait de m’aider à trouver mon chemin ? Je suis un peu perdue, en fait, je cherche un sale type pour lui botter le cul, mais à pied c’est pas évident.”

Il ne répondit pas et fit mine de partir, gêné.

“Eeeeeh attendez !!”

Je cherchais désespérément quelque chose pour le convaincre de m’aider. De ma poche brillèrent alors deux grands yeux gris. Ah non, c’était juste les jumelles. C’est parfois dur de trouver une dimension épique à chaque objet à la con qui se trouve dans mes poches. En général, on utilise plutôt un téléscope pour regarder dans l’espace, mais des jumelles feront l’affaire, de toute façon, les poissons n’ont pas besoin de se repérer, à tous les coups il avait un GPS avec son scooter de mer. Je lui tendis. Il me fixa. Je le fixais. C’était gênant, alors on a arrêté. Il a voulu regarder avec les jumelles, il s’est fait mal aux yeux. C’était drôle, mais je n’ai pas ri. Enfin bref, tout ça pour dire que ça l’a saoulé rapidement et qu’il les a jetées dans l’immensité de l’espace.

Je me retournais pour chercher derechef un objet qui intéresserait potentiellement un saumon de l’espace sur patte. Réfléchissons… Ils sont tous en maillot de bain dans Bob l’Eponge non ? Bon, c’était pas génial, mais ça restait la seule piste que j’avais. Je sortais les lunettes de piscine et je lui tendais avec un grand sourire.

“C’est heu… Pour se protéger du chlore. En fait, c’est un objet conçu par la NASA, de la très haute technologie. Je pense que ça vaut vraiment cher, ça vous intéresse ?”

Il prit un air intéressé, comme je l’espérais, et attrapa les lunettes comme si c’était Breath of the Wild, à vrai dire, j’aurais exactement le même air ahuri si je tenais Breath of the Wild entre mes mains.
J’en profitais pour monter à l’arrière du scooter, alors qu’il avait baissé sa garde, afin de l’empêcher de me stopper. Puis, soudainement dépossédée de tout scrupule, je le poussai de son propre véhicule et filai avec. Allons bon, ne me faites pas culpabiliser, son mur facebook va gagner plein de like grâce à moi, ça vaut bien un scooter.

J’étais sûre que tous les autres avaient atterri dans des dimensions géniales, et je me retrouvais paumée au milieu de l’univers. C’est avec une amère déception que je roulais paisiblement sur une ceinture d’astéroïdes.
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tho le Dim 5 Nov - 12:22:42

Je jure de voter avec une quote que le MJ ne nous a pas donné a écrit:
Kurotsuki : B
C'est bien écrit ! Bon, on commence à avoir l'habitude à vrai dire :v C'est bête, mais j'aime bien le texte avant la solution, ça illustre parfaitement ce que j'ai ressenti dans l'écriture de mon texte alors que je ne devais utiliser qu'un objet. Justement, l'objet... Je suis un petit peu déçu, parce que ça me paraît bizarre que des plantes carnivores puissent être contrôlées par de simples perles... Les plantes carnivores qu'on connaît, oui, bien sûr, mais des plantes qui s'attaquent directement à des humains ? Ca me paraît un peu gros.

Blueberies : A
J'ai beaucoup hésité avant de te mettre cette note. Je la trouve très généreuse, parce qu'il y a quand même quelques fautes dans ton texte, et c'est assez dommage : je sais que tu peux faire mieux que ça. Mais d'un autre côté... Ton personnage est bien écrit, avec une vraie personnalité, les décors sont bien écrits, on prend plaisir à évoluer aussi dans ton univers... Et surtout, la solution est géniale ! Le lien est tellement génial, ça plaira pas à tout le monde, mais moi, j'ai adoré x) Et là dessus, ça vaut bien son A. Mais méfie toi, je serais plus sévère à l'avenir !

Tho : Sporz c'est bien.

Tit' : C
C'est bien écrit aussi, mais j'aime moins l'utilisation des objets qui marche un peu à moitié pour le premier, et dont le côté 'dédicacée' est pas utilisé dans le deuxième (pourtant, une photo dédicacée de Jésus, ça vaut son pesant d'or quand même !). Ca reste agréable, mais j'accroche pas trop. Oui, c'était très subjectif. Mais il y a un potentiel, j'espère en voir plus !

Mapow : C
La façon dont l'objet est utilisé est un peu magique, mais à la limite, ça passe, c'est cohérent : ce n'est pas le première fois qu'un appareil photo engloutit des gens, et c'est plutôt bien justifié. Mais il y a quand même pas mal de fautes, et sur un texte assez court comme celui ci (note bien que je ne reproche rien sur la taille du texte, c'est très bien :v ), c'est assez pénalisant et ça sort assez vite le lecteur de l'histoire. Accroche toi, je sais que tu peux faire mieux aussi !

Leïthren : B
Un texte difficile à noter aussi... Les jumelles sont très mal utilisées (voire pas utilisées du tout :v), mais d'un autre côté, le texte est bien écrit, tu t'en sors pas si mal que ça malgré la situation qui était la pire selon nous, et ton personnage y est aussi. Donc ça vaut bien en B selon moi.

Mine de rien, les textes étaient bons dans l'ensemble, c'est très cool ! =)
avatar
Tho
Modérateur

Messages : 874
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 23

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par . le Dim 5 Nov - 19:22:31

Vote du chacal a écrit:Kuro : C
D'habitude, j'aime bien le coté "Je brise le 4ème mur"...Sauf quand ça prends 75% du texte :v

Blue : A
Je me suis bien marré devant le coup du livre et de la lessive, c'était bien trouvé, je trouve.

Tho : B
J'ai trouvé ça un peu facile avec les sirènes qui ne peuvent plus marcher. Cela dit, j'aime bien la façon dont tu t'en sors avec la 3ème.

Tit' : A
Un peu wtf sur les bords, mais je me suis bien marré.

Mapow: B
La solution avec Elton John aspiré dans l'appareil photo est originale, mais contrairement à la lessive de Blue, je trouve ça un peu moins bien amené. Pas spécialement fan pour le coup.

Lei : C
Comme disais Bob plus haut, on a l'impression que les jumelles ne servent à rien. Et je pense pour être honnête que tu avais d'autres solutions à ta portée avec les objets que tu as (du genre la menace avec le flingue, ou le troc avec la trotinette).

.

Messages : 954
Date d'inscription : 14/08/2015

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tit' le Dim 5 Nov - 20:46:48

Caca chier couille ! (Je jure lol :v) a écrit:Kuro : C
Je rejoins un peu l'avis de Lone. Briser le 4ème mur, je trouve que c'est un procédé sumpa en temps normal. Mais là, tu en as tellement fait qu'on a l'impression que c'est du "remplissage". Et je trouve ça vraiment dommage car je sais que c'était pas ton intention et y'a quand même certains passages qui sont drôles. Du coup, on a l'impression que la partie narrative est trop vite expédiée et c'est vraiment dommage je trouve. Je pense que si tu arrivais à mieux équlibrer entre les deux, ça pourrait donner quelque chose de très intéressant Wink
EDIT : en plus, j'ai lu tes textes des éditions précédentes, ils étaient vraiment géniaux donc je suis d'autant plus déçu :/

Blue : A
J'ai bien aimé ton récit, qui je trouve est plutôt bien écrit. Le coup de la lessive m'a littéralement tué xD

Tho : B
Je trouve que ton récit est bien raconté. Cela dit, si ta solution pour te sortir des griffes de la 3ème créature est intéressante, je trouve que c'est un peu incohérent par certains aspects. Si elle coule en portant le cartable, pourquoi elle ne coule pas en portant le héros ET le cartable, ce qui est à priori plus lourd. Enfin, ça reste un bon récit quand même.

Tit' : A
Le meilleur texte de la partie. Vive Tit' :v


Mapow: B
Je vais t'avouer que j'ai un peu de mal avec l'appareil photo qui emprisonne Elton John. Contrairement à la solution de Blue, j'ai l'impression que ta solution sort un peu de nulle part. Enfin, ça reste quand même un récit assez sympathique ^^

Lei : C
Tu n'avais pas la situation la plus facile, on est d'accord. Mais je trouve quand même que l'utilisation des jumelles est assez mal faite. Au final, elles n'auront quasiment servi à rien et ça donne l'impression que tu les as utilisées "pour utiliser un objet" (attention, je dis pas que c'est le cas hein ^^). Du coup, je trouve ça dommage car je suis sûr qu'il y aurait eu un moyen de mieux utiliser tout ça ^^
avatar
Tit'

Messages : 157
Date d'inscription : 15/10/2017
Age : 19
Localisation : Je vous en pose des questions moi ?!

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Blueberies le Mar 7 Nov - 18:59:57

Le droit de vote pour les myrtilles a écrit:Kuro : D
Je suis peut-être un peu sévère, mais ton texte aurait pu être bien mieux. Malheureusement, tu passes beaucoup trop de temps à divaguer. Je trouve ça dommage que ta solution arrive à la fin, comme ça et qu'elle se résume en un paragraphe. En soit, l'idée de départ été pas mal, j'ai bien aimé que tu chipote sur e "Kurostuki", mais le passage sur la reptation est beaucoup trop lourd. D'habitude tu arrives à faire bien mieux.

Blue : A !

Tho : B
Ton texte est bien, comme toujours. L'utilisation du sac est drôle, mais ça m'embête un peu. Techniquement, la sirène te porte quand tu as le sac dans les mains, non ?

Tit' : B
C'est pas mal, c'est drôle. Le texte est bien. C'était une bonne idée de se faire passer pour un robot, mais j'aurai bien aimer que ça soit poussé plus loin. Je pense que tu peux mieux faire Smile

Mapow: C
Je suis déçue de toi ! Je sais que tu peux faire mieux ! L’appareil photo était une bonne idée,

Lei : B
Je trouve ton texte bien... Sauf les jumelles.
avatar
Blueberies

Messages : 712
Date d'inscription : 02/04/2016
Age : 17
Localisation : Derrière toi

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Sayanox le Mar 7 Nov - 21:42:08

Un gars passant par là a écrit:Kurotsuki : C++ Wink
C'est beau putain. Première lecture et je me marre bien. J'ai bien aimé la mise en situation et le coté tribunal, CEPENDANT, tu es en plein débat avec les voix dans ta tête alors qu'il y a des PUTAIN DE PLANTE CARNIVORE qui fonce vers toi. Avec un tel contexte, je m'attend a ce que tu sois dans un monde parallèle et j'ai joué à assez de jeu pour savoir qu'une perle à part se faire du fric ça fait pas grand chose à une plante carnivore d'un isekai. Je me suis quand même bien marré donc je mets C (le ++ pour la joke).

Blueberies : B (comme blue)
Ca sort les bonnes références, j'aime ça. Tu m'as super bien mis dans l'ambiance de Shoujo Shuumatsu Ryokou, je me sentais super reposé malgré le danger. Et la, tu sors la bonne ref GRAVITY FALLS. J'ai adhéré direct Very Happy Fight scène un peu cours mais je te vois bien faire une intimidation avec et comme dirait Karoom "La lessive c'est la meilleure arme de la femme" (avec l'accent).

Tho : C (comme cartable)
Ta situation vire au cauchemar bien vite :v Par contre je comprend pas pourquoi elles ne se retransforment pas en forme humaine à nouveau pour bouger ou au moins le bas du corps mais bon si elles sont des sirènes stupide comme dans No game no life alors ça peut se comprendre. Il y a beaucoup d'occasions de te bouffer en mer et si je kiff l'utilisation du cartable (car je l'ai subi aussi), je pense qu'une sirène sait respirer sous l'eau et par conséquent à pas besoin d'autant flippé face à la masse incommensurable du savoir d'un élève d'école d'ingé. Elle aurait du juste te maintenir et si le poids est si lourd pour elle, elle ne t'aurait pas laissé le sac pour le voyage:v
 
Tit' : B ip boup bip
C'est quoi ce robot xénophobe Very Happy Cette scène est magnifique le connard grincheux repris de justice qui doit chanter en publique x) Je voulais la petite danse en plus. Seul problème de ta rédaction, c'est que tout bon shonen tout le budget en mot est partie dans la chanson et du coup on a une photo dédicacé utilisé de manière anecdotique qui fait un peu fade après le top 10 anime battle. L'univers est sympa je veux voir la suite.  

Mapow : C (comme Cannes)
On a là un setting très sympa. La cote de popularité d'Elton Jones parait très basse pour qu'une personne random accuse son dictateur si vite, son règne doit etre récent. L'univers m'intrigue, mais son tyran est mort bien vite malheureusement. Je dirai que c'est le gros point faible de ton texte et aussi, je veux plus de funk. Après le show de Tit' dans le monde le plus mort du monde, tu te retrouves à la fête de la musique et tu fais la coincer. Donne-moi le battle de dance vs Elton John Very Happy

Leïthren : B (pour Breath of the Wild)
Un setting compliqué car wtf et pas beaucoup d'élément que tu peux utilisé. Ca a déjà été dit mais les jumelles anecdotiques. Tu aurais pu le balader du regarde avec les constellations pendant que tu préparais ton vole scrupuleux. Sinon beau texte et belle parodie de Facebook et des touts les "saumons qui font tout pour les likes". Je valorises la difficulté du sujet et j'attend de voir où ton scooter va t’emmener.


Dernière édition par SayanoX le Mer 8 Nov - 13:50:11, édité 1 fois
avatar
Sayanox

Messages : 460
Date d'inscription : 16/09/2017
Age : 18
Localisation : Dans ton cul

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Zellan le Mer 8 Nov - 10:13:25

C'est de la poudre de perlimpinpin a écrit:KuroSTuki : B
J'adore ton texte, super bien écrit, drôle, c'est juste dommage que le développement ne tienne qu'en un petit paragraphe en toute fin de texte.

Blueberies : C
Récit plutôt bien écrit dans l'ensemble et la solution est correcte, mais pas hyper transcendante non plus, ça manque un peu de saveur.

Tho : A
Bon. Voilà. :v

Tit' : B
De bonnes idées, c'est drôle et dynamique, mais la rédaction est un peu faible pour un A. Mais c'est pas loin !

Mapow: D
L'écriture est assez moyenne avec quelques fautes éparpillées mais surtout la solution sort un peu de nulle part, rien n'indiquait que ton appareil photo était magique. Pas convaincu pour cette manche !

Lei : C
C'est bien écrit mais l'ensemble fait un peu "brouillon" puisque tu cales des références à droite à gauche un peu au hasard. Et puis, je suis pas non plus extrêmement convaincu par la solution. Mais y'a un bon potentiel, tu peux mieux faire !
Bonne première fournée, gl pour la suivante !
avatar
Zellan
Ultime Survivant XXII

Messages : 990
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 18
Localisation : Sur mes pieds qui puent

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Mapow le Ven 10 Nov - 19:01:24

J'ai aucune idée de comment voter mais promis je suis impartiale a écrit:
Kurostuki : B
J'aime beaucoup le concept de toujours remettre tout sur le MJ et je sais pas je trouve le texte cool. :v

Blueberies : B++
J'ai hésité entre A et B car c'est la première fois que je note à TZ et j'avoue que ton texte m'a fait sourire. Après quelques fois les verbes sont bizarrement tournés, mais l'utilisation des objets est super o/

Tho : A
Tout est bien écrit, l'idée est cool et euh voilà pas d'arguments.


Tit' : B
J'aime bien les deux utilisations des objets et l'écriture reste correct, ça se lit bien toussa. Mais j'ai moins aimé que les deux textes précédent o/

Leï : C
J'ai pas réellement ressenti de choses en lisant le texte, je sais pas c'est bizarre, c'est comme si ça t'inspirait pas et que t'as voulu te débarasser des objets comme tu pouvais :s
avatar
Mapow

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Kurotsuki le Ven 10 Nov - 21:36:31

Ceci n'est pas un vote a écrit:Blueberies : B
Bon, je ne savais pas s'il y avait un référence ou quoi que ce soit au sujet de cette lessive. Si oui, je ne l'ai pas saisie. Donc pour moi, c'est juste de l'humour absurde. J'aime l'humour absurde. En plus de ça, la manière tellement laconique avec laquelle le bouquin t'apporte cette info débile est plutôt pas mal. Attention, deux trois fautes de français par-ci par-là.
Tho : A
J'ai un peu le même avis sur ton texte que celui que tu avais sur le mien : c'est très chouette... jusqu'à la vraie solution. Les sirènes qui peuvent plus marcher... c'est con, c'est vraiment débile à un point pas croyable, mais ça m'a bien fait rire. Le cartable... c'est amené de façon marrante, mais comme les autres l'ont déjà relevé, on se demande pourquoi la sirène ne coule pas dès le départ. J'ai pas mal hésité, mais tu es tout de même au-dessus des autres B que je mets, donc voilà ton A.
Tit' : C
C'est pas mal écrit, mais j'aime moyen l'utilisation de tes objets. Surtout la première qui concrètement ne fait pas avancer la situation. J'ai tout de même aimé le gars qui fait ses vieux bruitages d'imprimante. Je suis sûr que tu as moyen de faire mieux la prochaine fois !
Mapow : D
Donner un pouvoir à un de ses objets, c'est un peu facile. L'avantage, c'est que ça surprend. Il y a moyen de faire un truc très bien, mais je pense qu'il faut bien plus travailler la manière dont est amenée la solution pour que ça passe sans que le lecteur s'arrête en se posant des questions. Je note quand même qu'il y avait de l'idée : le fait qu'Elton John soit visiblement conscient de ce pouvoir magique des appareils photo, je pense que c'était un point que tu aurais peut-être pu un peu plus travailler. Dernière chose : travailler les fautes de français + les changements de temps instantanés (ton texte est au passé sauf les premières et dernières phrases qui comme par magie sont au présent). Ça gêne malheureusement un peu la lecture. Sans ça, je t'aurais mis C.
Leï : B
Les jumelles sont pas mal useless (ça a déjà été dit, il paraît). Et j'ai relevé deux-trois fautes de français, même si elles ne sont pas trop graves. Alors pourquoi B tout de même ? Parce qu'admettons-le, ta situation était extrêmement marrante à imaginer mais extrêmement chiante à exploiter, et malgré ça ton texte parvient à avoir un bon rythme je trouve. On ne s'ennuie pas, ça avance, c'est cool.

Globalement, je suis à peu près certain d'avoir vu mieux dans les éditions précédentes. Mais je suis aussi certain que personne n'est encore au maximum de ses capacités, j'attends de voir la suite avec impatience o/
avatar
Kurotsuki

Messages : 818
Date d'inscription : 24/01/2016
Age : 19
Localisation : Quelque part. Je suppose. Je sais plus.

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Ryn le Sam 11 Nov - 0:16:16

je suis pas en retard c'est faux a écrit:Kuro : C. J'étais un peu perdue au début, c'était sympa à lire mais comme je suis un peu débile baah j'ai pas tout compris. Mais la suite est plutôt cool et l'idée de casser le collier est pas mal.  

Blue : A. Chu un mouton. Mais vive les réfs, l'écriture, l'ambiance, la solution géniale. Le tout est bien dosé je trouve. Je sais pas si tu vas continuer comme ça mais gg !

Tho : B. Hm, solution... Je ne sais pas. C'est entre le banal et le pas banal, j'aime bien. Les gens en général cherchent à tuer les créatures alors que toi tu leurs parles et tu joues leur jeu. Donc c'est plutôt innovant je trouve.

Tit' : A. J'ai adoré. Y a moyen de faire plein de trucs super avec une photo dédicassée de Jésus, mais c'était vraiment très bien trouvé comme idée honnêtement. De toute façon quand on doit utiliser deux objets y en a souvent un qui doit passer à la trappe si on trouve pas une idée de génie. Sinon on peut pas caser le 2e si le premier marche très bien. Donc je vois pas trop la logique de t'enlever des points là-dessus, j'ai beaucoup aimé. ^^

Mapow : C. Keske. Texte assez court et un peu dur à comprendre à cause de fautes un peu bizarres genre "je décida" qui cassent vraiment la lecture. Mais au délà de ça, car c'est le moins important je trouve, la solution est plutôt sympa, mais mal amenée. En fait ta situation était vraiment cool et originale je trouve, tu pouvais tellement mieux faire. D:

Ma foi, je me suis personnellement beaucoup amusée à écrire mon truc, même si c'était un peu dur pour un début xD. Mais c'est toujours cool TZ, de lire et voter. Y a du niveau ici !
avatar
Ryn

Messages : 223
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 16
Localisation : Vallée des dragons

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur https://www.deviantart.com/aleitr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Dim 12 Nov - 17:51:58

Il est temps. Round 2 ! (Pour ceux qui se demandent, je ferai le total des points à la fin, mais je compte tout ne vous inquiétez pas~).

Kurotsuki:
Mouais, des plantes à perte de vue. Ce n'était pas dans cet univers que Kuro allait trouver un indice pour sa quête. Il sortit ses ciseaux et découpa l'espace pour se créer un passage vers une autre dimension et sauta dedans. Il atterrit dans une plaine, et l'endroit était animée. En effet derrière lui se trouvait un château, avec des gens sur les remparts, et à côté de lui, deux hommes vêtus comme des... gars du Moyen-âge ? Ils semblaient vouloir entrer dans le château.
« Arthur ! Tu es perdu ! Attila le Grand va pénétrer dans ton château ! » Clama le plus petit. « Avec mon terrible champion, dont le cri peut tuer un cochon d'inde, je pillerai ton château ! »
Ha ouais, l'invasion barbare... A deux. Ils sont forts, quand même. Un des gars sur le rempart vit Kuro.
« Hey, toi, l'aventurier. Si tu me débarrasses de ces baltringues, je jure de te donner une récompense, sur mon nom d'Arthur Pendragon. »
Ho, voilà qui était intéressant ! Kuro ne pouvait résister à l’appât du gain. 2 objets

Tho:
Tho cracha une gorgée d'eau. Il avait vu suffisamment de flotte pour aujourd'hui. Une fois sur la terre ferme, il sortit ses ciseaux et découpa l'espace. Sans aucun regret, il se hissa dans la faille spatiale. Une fois de l'autre côté, il trouva... Le blanc. Cette nouvelle dimension était blanche, entièrement. Et bizarrement, il y avait un sol solide, bien qu'il fut tout aussi décoloré. Tho haussa les épaules et décida de partir en exploration. Au bout d'une durée indéterminée, il trouva quelque chose. C'était une sorte de colline qui... sortait de nulle part, puisqu'elle émergeait directement du blanc. En haut se dressait un arbre et Tho crut bien reconnaître un humain adossé au tronc. Il s'avança jusqu'à la personne, avec méfiance. Il s'agissait de ne pas avoir un nouveau cas de monstre marin. Lorsqu'il s'arrêta, il put constater qu'il s'agissait en fait d'un enfant. Un enfant avec un masque.
« Heu... Salut, mon grand. Tu ne saurais pas où on est ici ? »
Le garçon leva son masque vers Tho, mais ne dit rien. Sympathique. Une petite lumière bleue se matérialisa alors dans un creux de l'arbre. La lumière prit une forme de sphère qui virevolta jusqu'à Tho.
« Il ne te répondra pas, aventurier. Cela fait longtemps qu'il a sombré dans la mélancolie et le silence. J'aimerais tellement pouvoir l'aider... Il faudrait le faire rire. Mais, vous m'avez l'air d'un aventurier. Peut être avez-vous des objets qui puissent le divertir ? S'il vous plait, aventurier, faites le rire ! »
Tho n'était pas insensible, il ne pouvait laissez un enfant dans la tristesse. Il allait le faire rire ! 2 objets

Blue:
Blue s'épongea le front. Elle avait fait fuir les farfadets. Elle pouvait alors explorer la cité en ruine. Ce fut faisable grâce à la lumière phosphorescente des champignons. En longeant le mur, elle vit alors qu'il était couvert de dessins. On pouvait y voir plusieurs formes... Comme... des sols, ou des terres. Étaient-ce les différents mondes ? Cela semblait bien être le cas. Les sols étaient peuplés par des créatures aux formes différentes. Les mondes semblaient tous être reliés ensemble par une sphère... Mais qu'est-ce que ça voulait dire ? Blue était perdue dans sa réflexion. Elle ne vit donc pas le danger arriver. Une créature s'était glissée dans l'ombre, en silence. Elle était descendue du plafond, ses huit pattes lui permettant de rester accrochée sur le mur en silence. Blue se retourna lorsque la créature passa devant un champignon et que son ombre fut projetée sur le mur. La jeune fille vit une une femme tout ce qu'il y avait de plus normal. Sauf qu'après son buste, elle avait une corps d'araignée.
« Bonsoir, mon enfant. Comme c'est rare de croiser d'autres personnes que ces imbéciles de nabots. Que fais-tu ici, dans ces ruines ?
-Hum... Je cherche des indices sur le sorcier Maltazar et sur les mondes... J'ai pensé que ces fresques murales avaient un rapport.
La femme araignée se gratta doucement le menton, soucieuse.
« Je veux bien t'aider, mais seulement si tu me diverties. Les divertissements se font rares, par ici. Fais moi un tour de magie et je te traduirai ces fresques. »
Blue réfléchit. Le deal semblait honnête. Il suffisait qu'elle émerveille une femme araignée. Allez, c'est parti.  1 objet

Tit':
Tit' regarda bien autour de lui. Cette cité robot avait l'air si vivante, si peuplée. Impossible qu'il n'y est pas ne serait-ce qu'un tout petit indice sur Maltazar. Il décida donc de rester. Il progressa dans les rues, en avançant avec des gestes mécaniques lorsqu'il croisait un autre robot et faisant « Bzzt Bzzt ». Il se rendit compte après une heure de marche que c'était bien beau tout ça, mais en fait il ne savait pas où il allait. Il décida finalement de prendre le risque de demander son chemin et héla un robot.
« Bzzt Bzzt Pardonnez moi, mon brave, où puis-je trouver une bibliothèque ?
-Bzzt ? Bibli quoi ? Si vous cherchez un centre d'informations, essayez l'unité centrale, Bzzt. » Dit le robot en désignant un bâtiment au bout de la rue. Tit' arriva à entrer sans se faire arrêter cette fois. Il poussa un « wouah » de stupeur lorsqu'il entra. Le bâtiment était comme une bibliothèque classique, mais avec des tuyaux en verre par laquelle passaient des lumières de toutes les couleurs. Au centre se tenait un centre d'accueil avec une hôtesse robotique. Le terroriste en herbe alla à sa rencontre.
« Bonjour, bzzt bzzt, je cherche un livre sur le sorcier Maltazar, bzzt.
-Bzzt, laissez moi vérifier... Ha, oui, nous avons un livre sur ce sujet.
-Parfait, je voudrais l'emprunter !
-Bzzt, très bien. Avez-vous votre laissez passer A38 pour emprunter cet ouvrage ? » Elle était partie et était revenue avec l'ouvrage.
Tit' ne dit rien, son visage d'un coup devenu inexpressif. L'hôtesse le regardait. Il regardait l'hôtesse. Puis il regarda alors le livre. Il regarda l'hôtesse. Comment faire pour obtenir ce livre ? 1 objet

Mapow:
Mapow n'en pouvait plus de la musique. Après qu'elle eut défait le maître, les habitants s'étaient mis à danser sur la musique qu'ils avaient toujours secrètement aimé, c'est à dire Madona. La jeune fille saisit ses ciseaux et trancha l'espace pour créer une faille, avant de sauter dedans. Mapow arriva en plein champ de bataille. Une armée rouge contre une armée bleue. Woah, géniale, on devait aller dans des possibilités infinies sur les univers, et on avait juste ça ? Une guerre ? Merci le MJ.
« Hey toi, là ! » Lui cria un officier. « Reste pas plantée là ! Tu vas te faire tuer ! » L'instant d'après, il était fauché par un obus. Oh, merde! Mapow ne voulait pas crever comme ça ! Elle prit la fuite sans demander son reste. Mais c'était peine perdue de vouloir fuir le champ de bataille, elle fut vite encerclée. Ils étaient cinq. Cinq soldats qui la prenaient pour une ennemie. Elle n'avait que sa sacoches d'objets avec elle, et elle devait se débarrasser de cinq ennemies. Elle devait faire un pentakill. 2 objets

Lei:
Lei avait parcouru l'univers, c'était le cas de le dire. C'est fou comme un scooter peut aller loin dans l'espace, sans consommer tout son carburant. Après, ça devenait compliqué lorsqu'on utilisait tout son carburant. La jeune fille avait échoué sur une petite planète, semblable à la lune. Mais en beaucoup plus petite. Toute grise, toute poussiéreuse, avec des cratères. Bon, ça faisait déjà un peu plus de matière à exploiter, avec un univers avec lequel interagir. Mais ça restait un coin mort, sérieux. Lei n'allait pas rester là une minute de plus, elle allait prendre ses ciseaux et... Ils étaient où ses ciseaux ? Elle fouilla énergiquement dans ses deux poches, mais elle ne trouva rien. Ho non. Elle n'avait quand même pas perdu dans l'espace sans fond son unique moyen de retourner dans son univers ? Elle commença à paniquer. Un « Wouf » résonna derrière elle. Lei se retourna et vit un chien... enfin, une sorte de chien taupe, puisqu'il était à moitié enterré dans le sol. Il émergeait d'une sorte de motte de terre, un peu comme un Taupiqueur, vous voyez. Et devant le chien... Ses ciseaux !
« Ha, merci, gentil chien. »
Lei s'approcha du toutou. Le canidé spatial saisit alors les ciseaux dans sa gueule. Lei se stoppa net.
« Ho, non. N'y pense même pas. Tu ne va pas me faire le coup du chien-taupe qui va prendre mes ciseaux et me faire courir dans tous les sens pour que je t'attrape, dans le seul but de t'amuser. N'y. Pense. Même. Pas. »
Le chien était déjà parti dans son tunnel. Un petit tas dépassa à peine du sol et bougea, indiquant que le chien était en-dessous et qu'il creusait.
« Toi, t'es mort. » Lei plissa les yeux, réfléchissant à comment elle allait coincer le chien. 1 objet

vous avez jusqu'au dimanche 19 novembre à 21h
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Neowstix le Dim 19 Nov - 20:36:34

TZ Round 2 !

Kurotsuki:

Mouais, des plantes à perte de vue. Ce n'était pas dans cet univers que Kuro allait trouver un indice pour sa quête. Il sortit ses ciseaux et découpa l'espace pour se créer un passage vers une autre dimension et sauta dedans. Il atterrit dans une plaine, et l'endroit était animée. En effet derrière lui se trouvait un château, avec des gens sur les remparts, et à côté de lui, deux hommes vêtus comme des... gars du Moyen-âge ? Ils semblaient vouloir entrer dans le château.
« Arthur ! Tu es perdu ! Attila le Grand va pénétrer dans ton château ! » Clama le plus petit. « Avec mon terrible champion, dont le cri peut tuer un cochon d'inde, je pillerai ton château ! »
Ha ouais, l'invasion barbare... A deux. Ils sont forts, quand même. Un des gars sur le rempart vit Kuro.
« Hey, toi, l'aventurier. Si tu me débarrasses de ces baltringues, je jure de te donner une récompense, sur mon nom d'Arthur Pendragon. »
Ho, voilà qui était intéressant ! Kuro ne pouvait résister à l’appât du gain. 2 objets
Euh… une minute. Les ciseaux sont en la possession des joueurs ? J’étais persuadé que c’était le MJ qui les utilisait entre chaque manche ! Mais ça change tout ! Pourquoi m’énerver à me sortir de situations cauchemardesques avec à ma seule disposition des objets inutiles quand je peux tout simplement sortir cette paire de ciseaux pour changer de dimension dès que la situation s’avère requérir un effort quelconque ?

Parce que sans ça il n’y aurait pas de texte, ni de jeu ? Ouais, ok, je suppose que c’est une bonne raison…



Bon, revenons à nos moutons. Je devais faire fuir ces « terribles » barbares. Tellement terribles qu’ils n’étaient, dont un pas bien grand, et l’autre tellement minable qu’il n’avait d’autre choix pour éprouver un peu de fierté que de se reposer sur son cri capable de tuer les cochons d’Inde. Plusieurs mots me venaient à l’esprit, je ne savais lequel utiliser. Déprimant ? Pitoyable ? Pathétique ? Rien de très flatteur en tout cas.

Mais bon, si récompense il y avait, il fallait bien que je m’y colle, puisque le MJ avait eu l’intelligence de préciser que j’étais trop vénal (ou trop con ?) pour passer mon chemin dans telle situation.

Alors comme ça, ces gaillards se croyaient effrayants ? On allait bien voir qui allait mouiller ses chausses…



Comprenant que j’avais l’air décidé à les affronter, le petit teigneux (Attila, c’était ?) commença à s’affoler :

- Olah, manant ! Ne t’avise pas de prendre le parti du roi contre le grrrrrrrrrand Seigneur Attila !

Étrange comme ce petit être pouvait montrer d’insistance à placer l’adjectif « grand » devant son titre. Complexé par sa taille ? Bof, là n’était pas la question. Tandis que j’examinais cet excité d’un air dubitatif, il continua tant bien que mal sa tentative d’intimidation.

- N’espère aucune pitié de notre part, étranger ! Moi et mon champion sommes les personnages les plus sanguinaires de ce pays ! Personne ne peut égaler notre cruauté !

Oh, vraiment ? Je pris ma besace et en tirai une peluche. Un adorable petit ourson tout mignon, tout doux. Avec ses petits bras grands ouverts comme pour demander un câlin. Ses petits yeux tout ronds. Un charme tel que personne ne pourrait rester de glace devant ce spectacle. Lorsque je le tendis vers les deux barbares, je pus voir leurs visages s’adoucir devant la mignonne petite peluche. Toute envie de se battre avait visiblement disparu de leurs yeux. Comme en transe, Attila commença même à s’avancer lentement vers l’ourson, espérant sans doute le prendre dans ses bras.



C’est alors que d’un geste vif, je sortis un second objet de mon sac. Un coupe-ongles. Instrument sans doute bien inquiétant au premier d’abord. Mais lorsque je dégainai la pointe servant ordinairement à se curer le dessus des ongles, Attila leva vers moi un regard emplis de terreur. Et compris qu’il avait compris. Le pauvre chef et son acolyte commencèrent à me supplier, agités de tremblements :

- Non, par pitié, ne fais pas ça !

Sans tenir compte de leurs lamentables suppliques, j’approchai lentement la pointe de l’adorable peluche, tandis qu’un sourire sadique s’élargissant de plus en plus sur mon visage. D’une impulsion soudaine, je plantai d’un coup la pointe dans le ventre de ce pauvre ourson, éclatant d’un rire sardonique teinté de folie. Lorsque je tirai la pointe hors du ventre du plantigrade, des lambeaux de tissu tombèrent à terre. Et je recommençai. Encore et encore. Déchiquetant la peluche sous le regard pétrifié des deux barbares.

- HAHAHAHAHAHAHA !

Ce rire tonitruant qui s’échappait de ma bouche semblait les paralyser. Jusqu’à ce que finalement, le chef sorte de sa torpeur et prenne ses jambes à son cou face à cette incarnation de la cruauté qu’il avait en face de lui (c’est-à-dire moi), entraînant dans sa fuite son champion. Lorsqu’ils eurent détalé suffisamment loin, je commençai à me calmer, et jetai au sol mon coupe-ongles et l’amas de textile qui avait autrefois été un ourson. Je fis de mon mieux pour reprendre contenance et me composer un sourire un peu moins inquiétant que celui qu’avait pu afficher mon visage pendant le massacre, et me retournai vers les murailles du château.

- Alors, elle vient cette récompense ?

Tho:

Tho cracha une gorgée d'eau. Il avait vu suffisamment de flotte pour aujourd'hui. Une fois sur la terre ferme, il sortit ses ciseaux et découpa l'espace. Sans aucun regret, il se hissa dans la faille spatiale. Une fois de l'autre côté, il trouva... Le blanc. Cette nouvelle dimension était blanche, entièrement. Et bizarrement, il y avait un sol solide, bien qu'il fut tout aussi décoloré. Tho haussa les épaules et décida de partir en exploration. Au bout d'une durée indéterminée, il trouva quelque chose. C'était une sorte de colline qui... sortait de nulle part, puisqu'elle émergeait directement du blanc. En haut se dressait un arbre et Tho crut bien reconnaître un humain adossé au tronc. Il s'avança jusqu'à la personne, avec méfiance. Il s'agissait de ne pas avoir un nouveau cas de monstre marin. Lorsqu'il s'arrêta, il put constater qu'il s'agissait en fait d'un enfant. Un enfant avec un masque.
« Heu... Salut, mon grand. Tu ne saurais pas où on est ici ? »
Le garçon leva son masque vers Tho, mais ne dit rien. Sympathique. Une petite lumière bleue se matérialisa alors dans un creux de l'arbre. La lumière prit une forme de sphère qui virevolta jusqu'à Tho.
« Il ne te répondra pas, aventurier. Cela fait longtemps qu'il a sombré dans la mélancolie et le silence. J'aimerais tellement pouvoir l'aider... Il faudrait le faire rire. Mais, vous m'avez l'air d'un aventurier. Peut être avez-vous des objets qui puissent le divertir ? S'il vous plait, aventurier, faites le rire ! »
Tho n'était pas insensible, il ne pouvait laissez un enfant dans la tristesse. Il allait le faire rire ! 2 objets
Je regardais autour de moi. D’une part, j’étais absolument perdu dans l’immensité vide de cette dimension, et d’autre part, écouter une boule bleue volante émanant d’un arbre me semblait tout à fait normal. Alors, pourquoi ne pas prendre un peu de temps pour essayer après tout ?

Mais faire rire ? Je ne savais pas faire rire ! Ou alors contre mon gré, mais je reste un piètre blagueur. Je ne connaissais que la blague du pot qui court et qui se plante, mais… Non. Ma plante en pot ne me sera d’aucune utilité ici. Et j’ai une bien meilleure idée.

Je m’approche de l’arbre et m’assois à côté de l’enfant en sortant ma guitare. Puisque j’ai un peu de temps, autant en profiter pour gratter quelques accords adossé à un arbre. A défaut de le faire rire, il sera peut être heureux.

Je pince quelques cordes avant d’entonner “Layla” d’Eric Clapton. Le gamin tourne vaguement sa tête vers ma guitare. C’est toujours ça ! La mélodie me revient naturellement et je me sens moi même plus investi par le chant et la musique.

Est-ce que cette sirène m’en voulait vraiment ? Est-ce qu’elle m’aurait vraiment tué à la fin du trajet ? Ma façon de la quitter était un peu brutale. Et je l’ai payé au prix d’une large balafre sur le bras dont la douleur me lance en rythme sur la musique. Est-ce que j’aurais pu m’échapper avec cette sirène et vivre une vie tranquille avec elle ? Je ne le saurais probablement jamais.

Je m’arrête un instant, le regard un peu vide, avant de reprendre mes esprits et regarder le gamin. Il esquisse toujours aussi peu de mouvements, mais je ne manque pas ce détail : une légère larme roule sous masque.

Tout l’inverse de ce que je devais faire ! La lumière bleue va me tuer ! Mais au moins, cela prouve que l’enfant n’a pas encore un coeur de pierre. J’ai encore mes chances.

- Hmm, oui, je soupire, ce n’est pas vraiment une chanson très joyeuse. Et si l’on changeait de registre ? Pour une musique plus stimulante, tonifiante… colorée ?

Je me lève, fait quelques pas en avant et me prépare pour une nouvelle mélodie pêchue. Je saisis le peigne et insère ses dents entre les cordes pour en faire un capodastre rock.

- Prêt ? Love Colored Master Spark !!!

Mes doigts électrisent violemment les cordes qui, coincées par les dents du peigne, vibrent si fort qu’elles semblent faire trembler la trame même de l’univers dans lequel je me trouve. Alors que j’enchaîne d’une façon démentielle notes, accords, arpèges, pizzicatos et quartolets, un premier faisceau coloré explose hors de ma guitare et vient s’écraser au plafond de ce monde. Une tâche vermeille remplace le blanc délavé ! Et aussitôt, emportées par la folie de la mélodie, d’autres viennent aussi supplanter le blanc morne. Du bleu, du vert, de l’orange, du jaune, du violet ! Toutes les couleurs fusent hors de mon instrument et éclatent tout autour de moi, rythmées par un rock aussi psychédélique qu’entraînant.

Je le vois ! Le gamin n’en croit pas ses yeux ! Il se lève brutalement pour admirer le nouveau spectacle qui s’offre à lui. Des couleurs ! Des couleurs partout ! Il essaie de les saisir, comme des bulles de savon, essaie de suivre la transformation bariolée, court à droite, puis à gauche ! Pas besoin d’être psychologue pour comprendre qu’au delà des rires et des larmes, il n’a jamais été aussi heureux.

Il est temps de placer le point d’orgue de cette chanson ! Les cordes fracassées, les dents du peigne détruites, je lève mon index et mon auriculaire en l’air avant de les abattre fièrement pour un ultime accord. Waouh !

Blue:

   Blue s'épongea le front. Elle avait fait fuir les farfadets. Elle pouvait alors explorer la cité en ruine. Ce fut faisable grâce à la lumière phosphorescente des champignons. En longeant le mur, elle vit alors qu'il était couvert de dessins. On pouvait y voir plusieurs formes... Comme... des sols, ou des terres. Étaient-ce les différents mondes ? Cela semblait bien être le cas. Les sols étaient peuplés par des créatures aux formes différentes. Les mondes semblaient tous être reliés ensemble par une sphère... Mais qu'est-ce que ça voulait dire ? Blue était perdue dans sa réflexion. Elle ne vit donc pas le danger arriver. Une créature s'était glissée dans l'ombre, en silence. Elle était descendue du plafond, ses huit pattes lui permettant de rester accrochée sur le mur en silence. Blue se retourna lorsque la créature passa devant un champignon et que son ombre fut projetée sur le mur. La jeune fille vit une une femme tout ce qu'il y avait de plus normal. Sauf qu'après son buste, elle avait une corps d'araignée.
   « Bonsoir, mon enfant. Comme c'est rare de croiser d'autres personnes que ces imbéciles de nabots. Que fais-tu ici, dans ces ruines ?
   -Hum... Je cherche des indices sur le sorcier Maltazar et sur les mondes... J'ai pensé que ces fresques murales avaient un rapport.
   La femme araignée se gratta doucement le menton, soucieuse.
   « Je veux bien t'aider, mais seulement si tu me diverties. Les divertissements se font rares, par ici. Fais moi un tour de magie et je te traduirai ces fresques. »
   Blue réfléchit. Le deal semblait honnête. Il suffisait qu'elle émerveille une femme araignée. Allez, c'est parti.  1 objet
Une arai.. Une arai.. Un-ne araignée !!
Du calme, du calme. Ne fuyons pas tout de suite. Respire, respire. ELLE A UN CORPS DE FEMME ET FAIT MA TAILLE BORDEL ! Et malgré cela, elle est plus jolie que moi, si l’on ne prend en compte que le haut ! Bon, du calme. Elle peut me donner des informations importantes.

Je prends une grande inspiration avant de dire “T-très bien… Allons… Allons-y, du c-coup” d’un ton hésitant.
Un tour de magie, ici ? Pour une femme-araignée ? C’est une situation étrange, mais heu… Oui, d’accord. Par contre, avec quoi ? Les champignons ? Non. J’ai peut-être de quoi faire un tour de magie dans mon sac.
J’ai des myrtilles, je peux les faire disparaître dans mon ventre, mais pas sûr que ça plaise à notre amie la… l’araignée. J’ai quoi d’autre… Des billes. Ça peut sûrement le faire, même si j’aurais préféré des pièces ou des cartes.

Bon, puisque je n’ai rien d’autre de très intéressant, on va essayer. Peut-être que toutes ces heures à m’entraîner à reproduire des tours de magie vont enfin me servir.

“B-Bon… Je v-vous préviens, ça ne sera pas du Houdini ou du Copperfield”.
L’araignée me regarde d’un air dubitatif.  Ils ne connaissent peut-être pas de grands magiciens ici.

Je me mets face à ma spectatrice. Je vais essayer un tour simple, qui ne demande pas de préparation. Je prends simplement une bille.
Je commence mon tour en bafouillant “V-vous voyez cet-te bille ?”. Je tiens la bille dans la main droite. Mon bras gauche est un peu levé, plié. Ma main gauche est vers l’arrière. Je ne sais pas trop comment vous expliquer cette position, mais je pense qu’en continuant, vous allez comprendre.
Je place la bille dans le creux de ma main gauche. Le secret de ce tour réside dans mes manches. Elles  sont longues et elles ne sont pas serrées. Ainsi, une bille peut facilement glisser dedans, si vous voyez ce que je veux dire.
“Je vais faire disparaître cette bille”.

Je referme ma main en la ramenant vers moi. Ainsi, la bille glisse le long de mon bras, dans ma manche, et vient se loger dans le pli de mon bras. Je pointe mon index droit sur mon poing fermé puis je compte “Un, d-deux, trois”. J’ouvre ma main. Il n’y a plus de bille. Mon public à l’air étonné.

Plutôt fière de moi, je lance : “Et je peux la faire réapparaître !”
Je referme mon poing. Je pointe à nouveau mon index dessus. Ensuite, je recompte : “Un, deux, trois !”
Mais au lieu de simplement ouvrir ma main, je vais un mouvement rapide vers l’avant avec mon bras afin de libérer la bille et la faire encore une fois glisser le long de mon bras.
La bille arrive ainsi dans ma main, ni vue, ni connue.

La femme-araignée m'acclame : “Bravo, comment fais-tu ?”

Une magicienne ne révèle jamais ses secrets.

Tit':

Tit' regarda bien autour de lui. Cette cité robot avait l'air si vivante, si peuplée. Impossible qu'il n'y est pas ne serait-ce qu'un tout petit indice sur Maltazar. Il décida donc de rester. Il progressa dans les rues, en avançant avec des gestes mécaniques lorsqu'il croisait un autre robot et faisant « Bzzt Bzzt ». Il se rendit compte après une heure de marche que c'était bien beau tout ça, mais en fait il ne savait pas où il allait. Il décida finalement de prendre le risque de demander son chemin et héla un robot.
« Bzzt Bzzt Pardonnez moi, mon brave, où puis-je trouver une bibliothèque ?
-Bzzt ? Bibli quoi ? Si vous cherchez un centre d'informations, essayez l'unité centrale, Bzzt. » Dit le robot en désignant un bâtiment au bout de la rue. Tit' arriva à entrer sans se faire arrêter cette fois. Il poussa un « wouah » de stupeur lorsqu'il entra. Le bâtiment était comme une bibliothèque classique, mais avec des tuyaux en verre par laquelle passaient des lumières de toutes les couleurs. Au centre se tenait un centre d'accueil avec une hôtesse robotique. Le terroriste en herbe alla à sa rencontre.
« Bonjour, bzzt bzzt, je cherche un livre sur le sorcier Maltazar, bzzt.
-Bzzt, laissez moi vérifier... Ha, oui, nous avons un livre sur ce sujet.
-Parfait, je voudrais l'emprunter !
-Bzzt, très bien. Avez-vous votre laissez passer A38 pour emprunter cet ouvrage ? » Elle était partie et était revenue avec l'ouvrage.
Tit' ne dit rien, son visage d'un coup devenu inexpressif. L'hôtesse le regardait. Il regardait l'hôtesse. Puis il regarda alors le livre. Il regarda l'hôtesse. Comment faire pour obtenir ce livre ? 1 objet
"Merde ! Je n'ai pas leur laisser passer A-machin à la con !" se disait notre héros.

Tit' regardait autour de lui. Il y avait plein d'autres comptoirs comme celui dans lequel il était. De nombreux robots allaient et venaient pour emprunter des ouvrages... avec leurs laisser passer.

"Il faut que j'arrive à en subtiliser un !" continuait de penser Tit'

Pendant que Tit' pensait à toute allure, la queue qui s'était formée derrière lui commençait à s'impatienter. Après un long silence, Tit' finit par dire :

"Bzzzt ! Excusez-moi, j'ai oublié de prendre mon laisser passer sur moi ! Pouvez-vous me laisser le livre de côté le temps que j'aille le chercher ?"

"Bzzt. Bien sûr ! Je vais vous laisser l'ouvrage de côté." répondait aimablement l'hôtesse.

Parfait ! Tit' finit par s'en aller du comptoir, au plus grand bonheur de la queue qu'il avait laissé derrière lui. Les robots derrière lui semblaient énervés. Tit' avait entendu dans la queue des mots qui semblaient être des injures venant de leur monde.

Tit' observa encore un peu les robots passer dans la queue. Cela lui a permis de mieux visualiser ce à quoi ressemblait le laisser passer dont il avait besoin. C'était une carte en métal, grise claire. Il y avait des lignes géométriques oranges qui la traversait de toutes parts. Elle avait une encoche sur le côté. Tit' voyait désormais bien à quoi ressemblait l'objet dont il avait besoin.

Notre héros vit alors un robot sortir du comptoir. Il tenait entre ses mains un livre... et un laisser passer ! Notre héros commença alors à le suivre, bien décidé à lui voler la précieuse carte.
Le robot se rendait dans une salle de lecture. Elle était immense ! Il y avait plein d'autres robots qui étaient posés sur des sortes de fauteuils. Ils étaient en train de lire. Ils semblaient si concentrés... Il ne détournaient même pas la tête lorsque le robot arriva dans la salle. Ce robot se posa puis commença à son tour à lire... et avait laissé son passe sur une table à côté de lui ! L'imbécile ! C'est juste parfait !

Tit se planqua derrière une colonne et commença à réfléchir à un plan pour récupérer la carte. S'approcher discrètement pour la récupérer serait une mauvaise idée. Tit' serait trop près des robots et se ferait remarquer...
Tit' commença alors à regarder ce qu'il y avait dans son sac. Il y trouva alors un cerf-volant. C'était un cerf-volant très élaboré, avec des barres de métal et des bouts de toile dans tous les sens. Des barres de métal et des bouts de toile dans tous les sens...

Eurêka !

Tit' eut l'idée de démonter le cerf volant. En liant des morceaux de barre de fer en utilisant des bouts de toile comme de la ficelle, notre héros pourrait fabriquer une canne à pêche ! Il pourrait alors pêcher discrètement la carte par son encoche...

Immédiatement, Tit' commença à démonter le cerf-volant. Il déchirait la toile qui composait le cerf-volant afin d'en faire des bandelettes qui serviraient de fils. Il finit par y arriver, non sans mal. Puis c'est alors qu'il vit qu'il y avait en fait des ciseaux dans son sac.

"Et merde ! Je me serais fait moins chier pour faire ces fils avec les ciseaux..." se dit-il en voyant qu'il aurait été nettement plus efficace si il avait vu les ciseaux dès le début.

Néanmoins, il continua à assembler sa canne à pêche. Tit' prit un petit morceau de métal et en a tordu le bout afin d'en faire un hameçon. Toutes les pièces étaient maintenant prêtes ! Il commença à les assembler...
L'un des avantages que Tit' avait d'être un terroriste, c'est qu'il était très doué en bricolage à force de faire des bombes artisanales.

Les efforts de Tit' finirent par être récompensés. Il avait fabriqué une canne à pêche primitive d'une apparence assez grotesque, mais cela devrait quand même faire l'affaire.

"Bien, que la partie de pêche commence..." dit-il tout bas.

Notre héros devait être très délicat pour pouvoir récupérer la carte sans se faire remarquer.
L'hameçon s'approchait lentement de l'encoche de la carte... Encore un peu... Ca y est ! Notre pêcheur amateur avait hameçonné le précieux laisser passer ! Il le ramena lentement vers lui. Tit' faillit le faire tomber à plusieurs reprises, mais finit quand même par ramener la carte jusqu'à lui !

"Bon, ne restons pas ici !" se dit Tit' après sa prise.

Tit' s'en alla rapidement, mais discrètement, vers le comptoir d'où il était parti. Notre terroriste pêcheur revit alors l'hôtesse de tout à l'heure.

"Bzzzt. Me revoilà avec mon laisser passer A38 ! Puis-je récupérer mon ouvrage maintenant ?" demanda Tit' à l'hôtesse.

"Bzzt. Laissez-moi le vérifier un instant... Bien, vous pouvez prendre votre livre. Bonne journée !" répondit l'hôtesse.

Tit' finit enfin par s'en aller de la bibliothèque avec l'ouvrage tant désiré. Il allait enfin pouvoir en savoir plus sur ce Maltazar à présent !

"Je commence à avoir la dalle putain !" dit-il.

Mapow:

   Mapow n'en pouvait plus de la musique. Après qu'elle eut défait le maître, les habitants s'étaient mis à danser sur la musique qu'ils avaient toujours secrètement aimé, c'est à dire Madona. La jeune fille saisit ses ciseaux et trancha l'espace pour créer une faille, avant de sauter dedans. Mapow arriva en plein champ de bataille. Une armée rouge contre une armée bleue. Woah, géniale, on devait aller dans des possibilités infinies sur les univers, et on avait juste ça ? Une guerre ? Merci le MJ.
   « Hey toi, là ! » Lui cria un officier. « Reste pas plantée là ! Tu vas te faire tuer ! » L'instant d'après, il était fauché par un obus. Oh, merde! Mapow ne voulait pas crever comme ça ! Elle prit la fuite sans demander son reste. Mais c'était peine perdue de vouloir fuir le champ de bataille, elle fut vite encerclée. Ils étaient cinq. Cinq soldats qui la prenaient pour une ennemie. Elle n'avait que sa sacoches d'objets avec elle, et elle devait se débarrasser de cinq ennemies. Elle devait faire un pentakill. 2 objets
Un… Un pentakoi? Non, je rigole je sais ce que c’est qu’un pentakill. Quelle blague ce MJ quand même. Tout ça car il n’avait pas réussi à me le KS. Enfin passons, ce qui se passe entre moi et le MJ ne vous regarde pas.

Ils me fixaient donc tous les cinq,  avec leurs yeux globuleux, prêt à en découdre. Je n’avais plus aucun échappatoire, hormis ma petite sacoche que j’ai délaissé précédemment. Je ne recommencerais pas les même erreurs, m’voyez elle est déjà présente, prête à venir à ma rescousse contre ces bandits. Enfin bref, on s’en fout non? Il faudrait peut-être que le combat commence, parce que je parle, je parle mais les cinq gens ils attendent. C’est parti !
Je fouilla donc dans ma belle sacoche et tomba sur plein d’objets farfelus. Que faire de tout ça? C’est alors qu’un objet brillant m’attira. Il brillait et sa lueur me disait Prend moi, prend moi. Je l’attrapa et… C’était… une… Quille de .. bowling ? Non. Ce n’était pas qu’une simple et vulgaire quille de bowling, elle avait quelque chose de… magique. Elle était ornée de bande dorée traditionnellement rouge.
Les cinq bandits, un peu perdu se regardèrent et plutôt que de garder leur position de force, décidèrent de se regrouper pour préparer un plan. Pas très fut fut ceux là dis-donc. J’avais donc le choix de m’enfuir, ou de les combattre. Ma décision était prise, ils m’avaient humiliés à me bloquer le chemin alors je me devais de me venger. Je n’avais aucune idée de comment me servir de cette quille et décida donc de la secouer innocemment, même bêtement vers mes ennemis pour les prévenir que j’étais armée, vous voyez? Sauf que… Des projectiles sortirent de ma quille baguette magique et foncèrent tout droit sur les cinq hommes qui… se.. transformèrent en… quilles à leurs tours??!!

Des quilles de taille humaine, évidemment. Bah c’est plutôt fun non? Une, deux, trois, quatre. Le compte est bon. Après les avoir transformés, je chercha donc quelque chose pour jouer au bowling et c’est alors que mon regard se posa sur un jolie sac de pomme avec, plein de pommes à l’intérieur. C’est le principe d’un sac de pomme me direz vous, mais je le précise, sait-on jamais. Et oui j’ai beaucoup trop dit sac de pomme, mais j’aime répéter sac de pomme, même si c’est fastidieux d’écrire sac de pomme sans arrêt et j’imagine que pour vous  lire sac de pomme doit être agaçant. Non? Je devrais plutôt penser à Maltazar plutôt  qu’aux sacs de pommes, mais bon j’y peux rien.. Et si je revenais à mes quilles avant de tomber dans les pommes ?

Que pouvais-je donc faire avec mes pommes? Et bien c’est très simple. Je les lança directement en direction de mes quilles-ennemis. Deux sur quatre, yeah. Trop de skill en moi après tout! Je relança une pomme sur chacune des quilles restantes et c’était le spare parfait. D’accord j’ai envoyé trois pommes et alors? Ce n’est pas de la triche, non, non pas du tout, qu’est ce que vous inventez là. J’étais enfin débarrassée de ces cinq bou… Cinq ? Mais depuis le début je n’en avais que transformé que quatre… C’est alors que j’entendis une feuille craquer comme si quelqu’un avait marché dessus, juste derrière moi. J’en avais oublié un. Je me retourna et il me fixa avec un très grand sourire, tandis qu’il ne ressemblait à rien d’autre qu’un rat de gouttière. Beurk. Je n’avais même plus de pomme pour pouvoir l’attaquer, j’avais tout utilisé contre ses amis qui me servaient de quilles, alors que faire. Il me regardait droit dans les yeux, et continuait de sourire comme s’il préparait un mauvais coup, j’avais peur. C’est alors que, par réflexe je décida de l'étouffer avec le sac de pommes. Que se passa-t-il? Le sac s’illumina de la même couleur que la quille de bowling. Et l’animal se transforma à son tour en pomme. Hein? C’était une pomme ? Il avait rétrécit petit à petit avant de prendre une jolie couleur rouge et de terminer dans le sac en une petite pomme qui à l’air succulente. Et bien, si seulement ce qui venait de se passer pouvait être expliquer, cela m’arrangerait. Peut-être que Maltazar en sait plus? Plus qu’à attendre de le croiser pour lui demander avant de le détruire !
Je croqua dans ma pomme, durement crée, fière de ma création qui était effectivement très bonne.

Lei:

Lei avait parcouru l'univers, c'était le cas de le dire. C'est fou comme un scooter peut aller loin dans l'espace, sans consommer tout son carburant. Après, ça devenait compliqué lorsqu'on utilisait tout son carburant. La jeune fille avait échoué sur une petite planète, semblable à la lune. Mais en beaucoup plus petite. Toute grise, toute poussiéreuse, avec des cratères. Bon, ça faisait déjà un peu plus de matière à exploiter, avec un univers avec lequel interagir. Mais ça restait un coin mort, sérieux. Lei n'allait pas rester là une minute de plus, elle allait prendre ses ciseaux et... Ils étaient où ses ciseaux ? Elle fouilla énergiquement dans ses deux poches, mais elle ne trouva rien. Ho non. Elle n'avait quand même pas perdu dans l'espace sans fond son unique moyen de retourner dans son univers ? Elle commença à paniquer. Un « Wouf » résonna derrière elle. Lei se retourna et vit un chien... enfin, une sorte de chien taupe, puisqu'il était à moitié enterré dans le sol. Il émergeait d'une sorte de motte de terre, un peu comme un Taupiqueur, vous voyez. Et devant le chien... Ses ciseaux !
« Ha, merci, gentil chien. »
Lei s'approcha du toutou. Le canidé spatial saisit alors les ciseaux dans sa gueule. Lei se stoppa net.
« Ho, non. N'y pense même pas. Tu ne va pas me faire le coup du chien-taupe qui va prendre mes ciseaux et me faire courir dans tous les sens pour que je t'attrape, dans le seul but de t'amuser. N'y. Pense. Même. Pas. »
Le chien était déjà parti dans son tunnel. Un petit tas dépassa à peine du sol et bougea, indiquant que le chien était en-dessous et qu'il creusait.
« Toi, t'es mort. » Lei plissa les yeux, réfléchissant à comment elle allait coincer le chien. 1 objet
*Aha hilarant. Très drôle le coup du taupiqueur. J’avais l’impression qu’on se foutait littéralement de ma gueule en s’amusant à caser des pokémons un peu partout. Niveau originalité, j’ai déjà vu mieux qu’un Barpeau de l’espace sur un scooter et un chien-Taupiqueur… Mais passons, j’en avais vraiment assez d’atterrir dans des endroits perdus au milieu de l’univers avec pour seule créature l’une des plus insupportables qui soient.

Il me fallait maintenant récupérer ces maudits ciseaux.

Il y a deux choses que je déteste, d’abord, les chiens-taupiqueurs (bien qu’il soit le premier que je vois), ensuite, les gens qui disent “un ciseau”. Ils ne comprennent pas qu’on dit “une paire de ciseaux”, sinon ça désigne pas la même FUCKING CHOSE. Ahem pardon. Je m’égarais bien trop fréquemment dans des monologues inutiles. C’était peut-être la solitude. En attendant, le chien continuait sa petite danse tandis que je marchais nonchalamment derrière lui, sans la moindre conviction. Je n’étais pas une sportive, mais mes compétences en littérature n’allaient pas vraiment m’aider, hélas.

A vrai dire, le mot “aider” était peut-être la clef. Possédais-je quoi que ce soit qui puisse m’aider ? Ahem, je pouvais essayer diverses langues, les chiens-taupes extraterrestres parlaient peut-être l’une d’entre elles. Qui ne tente rien n’a rien, et ce qui est génial dans un nouveau monde inconnu, c’est que beaucoup de choses sont encore à découvrir, tout est possible !

“Hola pequeno perro, como estas ?”

Je ne parlais pas du tout espagnol, peut-être qu’il ne me comprendrait pas….

“Hallo klein Hund ?”

Ok ça me saoulait déjà. Dans le passé j’avais parlé allemand à une araignée, et ça avait marché. Ou peut-être était-ce un rêve…? Enfin, ça ne fonctionnait pas du tout. Je me retournai derechef, cherchant toujours une idée quelconque. Si seulement j’avais un marteau, non pas pour jouer le paladin, mais pour le frapper sur le nez, comme le jeu idiot là. Bref. Je fouillais mes poches. (Cette phrase devenait beaucoup trop récurrente. Je devrais appeler mes poches Jessie et James, tellement elles sont présentes à chaque “épisode”...)
Des boules de pétanque ? Elles me semblaient assez grosses pour boucher ces trous.

“Fini d’rire le cabot.”

Je bouchais un à un les trous creusés à l’avance par cette sale bestiole, il y en avait presque le compte. Je devais boucher le dernier avec mes mains, il n’en restait qu’un. Sachant exactement où il allait sortir, j’étais prête à lui sauter dessus.
Serait-ce si simple ? Je m’attendais presque à voir une vision brusque m’indiquant la prochaine attaque spéciale du “Cabot Chiant” pour m’empêcher de l’attraper. Mais je ne possédais de toute façon pas de talent de “vision”...

Heureusement, tout se passa comme prévu, je lui sautais à la gorge et le saisissais par la peau du cou violemment.

“Tu fais moins le malin maintenant, hein ?”

“-Deux”

… Omg un chien avec le même humour de merde que moi.

“Je suis obligée de t’adorer… Bon, donne-moi mes ciseaux et je te relâche sans te donner le coup de pied au cul que j’avais prévu pour toi.”

Je les récupérais aisément et le caressais doucement, presque la larme à l’oeil.

“Adieu petit chien.”

Enfin je les avais. Mais j’étais certainement encore perdue en un milieu inconnu.*

Je laisse une semaine pour voter !
avatar
Neowstix

Messages : 271
Date d'inscription : 14/08/2015
Age : 20

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Genesix le Dim 19 Nov - 21:44:11

Lord Of Darkness a écrit:

Kuro : B

Au début, je me disais "Yeah, de la bataille, ça va être cool". Puis j'ai vu que tu utilisais ton ourson, et je me suis dit "Va-t-il nous faire un remix de Tibbers ?" puis... bah le Attila qui se met à vouloir l'ourson. Puis le coupe-ongles transformés en couteau déchiquetant la peluche...
D'un côté, ça a le mérite d'être original. De l'autre, je trouve ça absurde mis dans le contexte du Moyen-Âge. C'est bien trouvé, mais voilà, trop burlesque à mon goût.

Tho : B

Euh... WTF ??? Comment dire que la transition entre l'action primaire et la fin est... brutale ?
En tout cas j'ai bien aimé lire l'histoire et voir comment tu comptais résoudre l'affaire, et le fait de te faire passer dans le fond est une bonne idée. Mais y a deux choses qui me gênent : le flashback sur les sirènes, un peu useless à mon goût, et donc cette fin très brutale et surtout sortie de n'importe où, peut être un joint t'as aidé à achever l'histoire %)

Blue : B

Bonne écriture dans l'ensemble, mais... c'est moi ou tu as oublié l'enjeu principal, à savoir le déchiffrage des fresques ??? Car bon, c'est aussi le but d'avoir diverti la femme-araignée, obtenir tes réponses.
L'utilisation de l'objet est basique, mais dans un tour de magie fallait tout de même creuser un peu pour en avoir l'idée et je valorise cela.
Puis quelques fautes relevées, ce qui fait aussi le B obtenu (même si c'est pas la raison principale).

Tit : A

Long, clair, précis, j'ai rien à redire sur l'écriture. Timeline propre de A à Z.
Et alors, quelle bonne idée de se servir de l'objet dans un usage autre que celui prévu de base... quand j'ai vu le cerf-volant, je m'attendais à ce que tu l'utilises pour planer et subtiliser le laissez-passer, mais non, tu en fais une canne à pêche, et c'est brillant.
Bref très bien joué de ta part.

Mapow : C

Well, je sais pas. Mettre D me semble trop sévère et B trop haut. Y a de l'action, scénario rôdé... mais trop, beaucoup trop de fantaisie à mon goût. Autant l'appareil photo était bien trouvé, mais les quilles plus le sac dans le même tour, j'ai l'impression d'en avoir une surcouche. Et puis... non quoi, tu bouffes un rat tranquillement transformé, je sais pas si l'expression rat est due à sa face, mais là j'ai limite l'impression de me retrouver face à une cannibale.
L'ensemble de l'histoire (situation initiale, action, résolution) est ok, mais les moyens utilisés pour y parvenir, j'aime moins.

Leï : C

Trop de narration inutile pour moi. Le coup des langues étrangères, ok... mais un,
c'est un peu useless dans le sens où l'animal semble ne jamais parler à part pour la blague, et deux, c'est soporifique, tu éternises le truc.
Ah, je sais pas quelle taille ferait le mix d'une taupe et un chien, mais trop grosse pour que tu puisses bloquer des trous avec des boules de pétanques %) bowling, je me serais dit OK, mais pas pétanque.
Dans l'ensemble ça reste une bonne rédaction.
avatar
Genesix

Messages : 1103
Date d'inscription : 21/08/2017
Age : 18
Localisation : Into the darkness

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Tho le Dim 19 Nov - 23:21:03

Un demi orque qui jure de voter démocratiquement a écrit:
Kuro : A

Mieux ! Tout en gardant ton style, tu as réussi cette fois à rester à fond dans la situation et à sortir un truc cohérent. C'est plus facile avec deux objets, non ? :v
Si la situation peut paraître assez burlesque, elle est cohérente avec la référence, mais plus que ça, elle est cohérente avec le contexte des deux nabots qui veulent assiéger une place forte. Pour le reste, c'est bien écrit, le texte est pas si long que ça, ça vaut son A.

Tho : Magicannon - Final Master Spark.

Blue : A

Ta situation n'était pas simple, peut être la plus difficile avec celle de Mapow, mais tu t'en sors très bien. D'ailleurs, on commence à voir ton propre stylé d'écriture, et c'est très agréable à lire ! Ca paraît un peu simple, mais tu précises bien au départ que l'araignée ne réagit pas sur Copperfield ou Hodini, donc c'est très bien !

Tit : B

C'est assez bien écrit (un peu moins bien que Kuro & Blue à mon goût, mais ça passe très très bien), mais c'est un peu trop long je pense. Pas trop long dans le sens de la taille du texte (car sinon Kuro aurait reçu des F à chacune de ses participations à TZ), mais trop long dans le déroulement. Le raisonnement et la solution sont très étalés, il y a quelques détours un peu superflus... C'est pas mauvais, mais ça ne me convainc pas vraiment.

Mapow : D

Aïe. Avec Blue, tu n'avais pas la situation la plus facile, mais tu t'en sors moins bien qu'elle à mon avis. Pour plusieurs raisons. D'abord, les ennemis. A la limite, qu'ils soient demeurés, pourquoi pas, ce sont de simples soldats, mais ils t'ont encerclés, et te regardent paisiblement sans d'attaquer une seule seconde, c'est dommage ! Ensuite, la quille est mal utilisée selon moi. Autant le caractère magique de l'appareil photo marchait, parce que c'était un gimmick assez connu, mais là non, la quille magique ne passe pas. Enfin, quelques fautes, surtout sur la conjugaison, c'est dommage aussi. Ces points noirs assombrissent beaucoup ton texte, et c'est dommage, car je sais que tu as le potentiel pour mieux t'en sortir la prochaine fois ! Courage !

Leï : B

C'est mieux ! Et la solution est géniale, putain ! C'est très rafraîchissant par rapport au reste, c'est une des solutions les plus inventives de tous les textes de ce round. C'est vrai que le début est peut être un peu long et pas franchement utile. Le B sera peut être un peu sévère, mais le A est très proche, et aucun doute que tu en auras à ce round !


(Au passage, je suis pas tout à fait d'accord avec Oviewer sur deux trois points. L'objectif de Blue était bien de distraire l'araignée, pas de faire du déchiffrage, et concernant Kuro, la solution colle tout à fait à la situation. Si tu n'en est pas convaincu, regarde Kaamelott, c'est le bien v:
avatar
Tho
Modérateur

Messages : 874
Date d'inscription : 22/08/2016
Age : 23

Fiche du joueur BGZ
Mes victoires sur BGZ:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Partie 6] Texas Zombies : le Multivers

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum